Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Droits de suite...
Révision : 06 mars 2017
Droits de suite...
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Ces derniers mois, les débats sur l’utilité, les impacts écologiques et économiques de l’imprimé n’ont pas cessé.
Avec des résultats variés.

 

Jacques de Rotalier (Mars 2017)

 

Droit de réponse

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

Lors du Petit-déjeuner Culture Papier du 22 février 2017, Le papier est-il responsable ?, Stéphane Marchesi, Secrétaire Général de PEFC France, s'est expliqué sur la manière dont il a été amené à contribuer à l’émission Cash Investigation Razzia sur le bois, diffusée sur France 2 le 24 janvier.

L'été dernier, il a invité la journaliste Élise Lucet à visiter avec lui une propriété forestière du Limousin, lors d’un contrôle PEFC. Le voyage et la visite ont occupé une bonne partie d’un week-end pour un résultat de quelques secondes de diffusion durant lesquelles le propriétaire n’est pas tellement à son avantage, peut-être un peu fatigué par la longueur de ladite inspection ! Celui-ci a fait part de son "étonnement" à la chaîne.

Ensuite, PEFC a dit être le seul organisme à prendre la peine de certifier les petites propriétés, de loin les plus nombreuses, et pour ce faire, d'avoir mis en place un processus simplifié basé sur la bonne foi (!!). C’est là que le bât a blessé : croire en la bonne foi sans contrôle est bien naïf. Pour la suite, PEFC déposé deux plaintes et la chaîne télévisée commence à faire des émissions Cash Impact afin de montrer les suites de Cash Investigation.

Heureusement, le Petit-déjeuner Culture Papier ne s’est pas limité à ce seul sujet et l’ensemble de la filière représentée (40 personnes présentes, 20 refusées) a indiqué à PEFC (et Ecofolio) des pistes pour simplifier son approche. Ce genre de rencontre permet de poursuivre un travail de cohérence mais il faut passer à l’étape suivante : lever le "plafond de verre grand public" qui bloque encore dans beaucoup des argumentations de la filière. Il faut absolument continuer à travailler tous ensemble afin de fournir une réponse adéquate à ce type d’émission.

Rendez-vous pour préparer un prochain Cash Impact ?

Droit de suite

Opposer le numérique au papier n’est pas une solution d’avenir, comme je l'écris ici depuis plus de dix ans.

Connaissez-vous sur YouTube Les lectures de Nine (54 000 abonnés), Margaud Liseuse (46 000 abonnés), ou encore sur Twitter la booktubeuse Miss Book (22 800 followers) ? Eh bien, avec au moins une dizaine d’autres, ils – elles le plus souvent – animent des forums qui font aimer les livres et incitent à les lire. Aux États-Unis, le phénomène a dépassé le million d’abonnés contribuant à la (relative) bonne santé du marché du livre. Chez nous, Il y a encore une marge de développement...

Plus fort encore, la poésie y a fait une percée spectaculaire. Andrews McMeel Publishing, un éditeur de Kansas City spécialisé dans les BD, livres de cuisine, calendriers et cartes de vœux, a été sollicité en 2013 par la poétesse néo-zélandaise Lang Leav, dépassée par son succès sur Tumblr. Elle a rapidement vendu 400 000 exemplaires de ses livres. Du coup, sentant le bon filon, l’éditeur s’est mis à chercher d’autres poètes déjà présents sur le Net. Il a découvert une poétesse canadienne d’origine indienne, Rupi Kaur, qui accompagne ses poèmes de dessins, suivie par plus de 900 000 personnes sur Instagram. En un an et quatre mois, plus d’un million de copies (papier évidemment) de son livre Milk and Honey ont été vendus.

Certains se demandent si ce n’est pas le moment de relancer une idée ancienne : les box. Book of the Month Club s’y essaie et cible les jeunes générations. Pour viser juste, on combine les algorithmes avec une équipe de salariés et de lecteurs. Affaire à suivre, bien sûr.

Tout ceci part du constat d'échec du marché du livre électronique qui a baissé de 16 % cette année aux États-Unis. À la réflexion, Twitter, avec son format court imposé, est sûrement un bon moyen pour rédiger des poèmes. Si vous voulez qu’ils perdurent, faites-les éditer par un professionnel de l’édition : il saura les mettre en valeur, vous conseillera et vous stimulera, si vous le souhaitez, bien entendu.

Droit de vote

Après les Pays-Bas, la Belgique vient de renoncer au vote électronique pour revenir au vote papier. Plus sûr et moins cher, disent-ils. Je ne sais pas si c’est à cause de la coïncidence géographique, mais cette information m’a fait penser à quelques tableaux flamands vus à la magnifique exposition Vermeer et les maîtres de la peinture de genre au Louvre (22 février-22 mai 2017). Dans une salle, sont exposés neuf superbes tableaux d’hommes ou de femmes écrivant des lettres. Il y a de la concentration et des rêves autour de ces feuilles blanches.

On aimerait bien voir la même chose dans un isoloir !!

Bon courage à tous.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi