Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Pour une communication citoyenne équilibrée
Révision : 28 septembre 2015
Pour une communication citoyenne équilibrée
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Notre Ministère de l’économie, des finances et de l'industrie a de la constance. Récemment, il a demandé un rapport sur l’envoi à domicile des professions de foi électorales qui, en 2012, a coûté 210 millions d’euros (125 millions pour la présidentielle, 85 millions pour les législatives). C’est cher. Cet envoi serait inefficace car n’atteignant vraiment que 93 % (!) des électeurs, il serait en retard pour ceux qui votent par procuration, sans compter l’argument "écologique" fallacieux sur les arbres abattus. Nos élus auront donc à répondre à ces arguments et à travailler avec nous pour trouver un équilibre entre coûts et information citoyenne adaptée au monde actuel.

Jacques de Rotalier (Octobre 2015)

L’arrivée des nouvelles technologies a bouleversé la communication

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

La communication citoyenne n’y échappe pas. On a vu éclore des mouvements contestataires quasi spontanés initiés par Internet : Printemps Arabe, Occupy Wall Street, Hong Kong… Eh bien, jusqu’à maintenant, ils n’ont pas (encore ?) trouvé de débouchés consistants voire pire. Pourquoi ? Selon moi, parce qu'Internet, s’il permet parfois une meilleure transparence et crée de nouveaux sentiments d’appartenance, demeure un outil favorisant une réactivité qui certes peut être positive mais est trop axée sur l’émotion et le court terme. D'où l’essoufflement de ces mouvements souvent constaté.

Il ne paraît donc pas recommandable de supprimer tous les envois postaux des documents électoraux. Surtout quand on sait que la lecture du courrier postal devenu plus rare reste une activité qui non seulement plaît aux Français mais est assez efficace. L'étude Médiaprism pour l’Observatoire Culture Papier montre que 88 % des gens lisent ou consultent ces documents. La crise actuelle est aussi une crise démocratique : supprimer l’un de ses outils les plus anciens et les plus reconnus ne serait pas raisonnable.

Poursuivons sur le support papier. Il est un autre outil toujours utile à la démocratie : le livre qui permet de développer pensées et analyses et de dérouler les détails d’un programme. Ce n’est pas un hasard si, en ce moment, Alain Juppé sort non pas un livre mais trois sur les différents aspects de sa vision de la France de demain. François Fillon, autre candidat aux primaires de la droite, fait de même en une seule fois, dressant son bilan et construisant ses propositions pour le futur. Cécile Duflot, quant à elle, a écrit un ouvrage pour défendre son bilan ministériel et probablement préparer son avenir politique. Thierry Le Paon, sur un autre plan, a écrit un livre pour se justifier et se défendre des accusations portées contre lui. Même s’ils sont moins lus, notamment par les jeunes, ils laissent des repères auxquels il sera possible de se référer bien plus longtemps que leurs versions numériques.

Les collectivités territoriales sont confrontées au même problème. Elles ont recours à Internet pour diffuser rapidement, largement et facilement les informations utiles aux citoyens. Les blogs permettent de tester des idées et des initiatives. Toutefois, se priver d’un document papier synthétisant et donnant du sens à leurs actions leur paraît dommageable. L’imprimé retrouve ainsi toute sa valeur. À nous d’y réfléchir et de trouver des solutions qui combinent complémentarité et bons usages des différents supports de communication.

Des usages renouvelés

Le succès des livres à colorier est grandissant. Grâce aux réseaux sociaux, bonnes idées, bonnes pratiques et meilleures techniques sont échangées donnant ainsi à d’autres l'envie d’essayer. En deux ans, Hachette Pratique a ainsi vendu 2,5 millions d’exemplaires de ses ouvrages axés sur l’art-thérapie ! Derrière cet engouement se profile en partie le besoin de créer, voire de recréer en fait. Dans notre monde stressé, se concentrer sur des tâches répétitives et rassurantes relaxe, grâce à une relation au papier renouvelée qui fait du bien. Plusieurs sens sont activés : non seulement la vue mais aussi le toucher et l'odorat, trop négligés aujourd’hui. On fait aussi le lien avec les grandes expositions actuelles : il est possible de s’approprier Hokusai, Fragonard ou encore Vigée Le Brun, selon les goûts.

Autre usage qui reprend de la vigueur : le papier peint. Grâce à la souplesse de l’impression numérique, un ancien webmaster vient de lancer l’activité d’éditeur de papier peint. Vous pouvez utiliser des papiers résistants à l’eau, aux ondes, y adjoindre des végétaux... afin de d'orner votre salle de bain, votre terrasse, votre plafond... Vous pouvez créer un décor personnalisé que vous changerez facilement. Bref, non seulement l’imagination n'a pas de limite mais vous pouvez aussi l’inscrire au moyen de l’impression numérique dans le papier, matériau de création moderne.

Bon courage à tous.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi