Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Les enjeux du livre
Révision : 26 mars 2012
Les enjeux du livre
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Le mois de mars est toujours riche en actualités concernant le livre. Ce dernier ne cesse de faire parler de lui, quelle que soit sa version, papier ou numérique. Dans son troisième petit précis de mondialisation publié récemment, l'académicien Erik Orsenna nous entraîne "Sur la route du livre". Depuis une dizaine d'années, La Nuit du Livre récompense les auteurs (du contenu intellectuel) et les fabricants (du support) associés dans la création des livres. Enfin, la 32e édition du Salon du Livre a été l'occasion pour le Ministre de la Culture et de la Communication de présenter le rapport résultant de la mission sur l’avenir de la librairie, qu’il avait commandée à six personnalités.

Jacques de Rotalier (Mars-Avril 2012)

Sur la route du livre

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

Notre académicien préféré vient de publier son livre "Sur la route du papier" aux Éditions Stock.

Avoir pu le croiser lors de sa quête d’informations a été un plaisir.

C’est un homme gai, son œil pétillant et sa gourmandise des faits et des gens le rendent fort sympathique. Sa formation d’économiste, spécialiste des matières premières, le rend légitime pour voyager dans les mondes du papier.

 
 

J’en ai retenu plusieurs choses.

  Il a souffert en Asie : poussières de sable et de pollution en Chine, rencontre du (dernier ?) papetier qui ne semble pas (encore ?) conscient de la déforestation ; en Inde, le sentiment est plus mitigé car il a eu de vraies rencontres humaines et une véritable surprise technologique. Au Japon, l’histoire de Sadako après Hiroshima est très dure et très belle.
    Il a adoré le Brésil (un pays qui a la niaque !) où il a pu constater de visu que les grands papetiers ont fait des progrès énormes pour intégrer leur démarche dans l’économie verte et circulaire moderne. Il a en plus bien argumenté pour "dédiaboliser" un arbre qui fait l'objet d’attaques injustes depuis longtemps : l’eucalyptus.  
    Il aime bien l’Europe, même quand il y fait froid, mais le froid peut aider (le soir au coin du feu) à d’authentiques échanges. En ce qui concerne notre pays, il a bien compris nos atouts – la forêt et la recherche – mais aussi nos faiblesses – désindustrialisation excessive, recyclage encore insuffisant des papiers à usage graphique.  

Le tout donne un livre plein d’empathie pour les acteurs d’un métier très ancien, à la racine de la matière et des cultures, qui doit se renouveler une nouvelle fois face et avec des technologies permettant plus de réactivité et une plus grande ouverture au monde. Le papier et l’imprimé sauront à nouveau imaginer leurs atouts : l’imprimé reste le seul média physique, rien de tel pour stimuler l’imagination.

Demain le livre

Elisabeth Chainet est une authentique professionnelle du livre. En 2003, elle a eu l’idée d'organiser le concours La Nuit du Livre afin de primer les auteurs et les fabricants de livres associés. "La Nuit du Livre® célèbre la beauté dans les livres, ces chefs-d’œuvre qui révèlent deux talents : celui de l’auteur, qu’il soit écrivain, photographe ou illustrateur, mais aussi celui du fabricant. La beauté d’un livre est en effet le résultat d’une rencontre parfaite entre l’univers intellectuel de l’auteur et de l’univers technique du fabricant".

En outre, depuis quatre ans, elle propose aux jeunes créateurs de livres de présenter leur travail lors des matinales de Demain le Livre, véritables espaces de discussions. L’assistance plutôt jeune est composée de créateurs, de techniciens de la chaîne du livre, d’informaticiens, d’ergonomes, d’éditeurs en quête d’idées,... C’est probablement l’un des creusets des futures applications de la lecture de demain. Il n’y est jamais question de la mort du livre papier. Plutôt de la manière de passer de la forme parfaite atteinte par ce livre matière après 450 ans d’évolution, à une autre forme et à une autre lecture, plus interactive.

L’une des œuvres les plus abouties est, selon moi, "L’Homme Volcan" co-éditée par Flammarion et Actialuna. Peut-on encore parler de livre ? C'est un livre numérique, amplifié par la musique et par la qualité de la peinture. Mathias Malzieu, leader du groupe Dyonisos, est l'auteur du texte et de la musique, et Frédéric Perrin en est le dessinateur. C’est assez magique.

 
Making-of "L'Homme Volcan" (Mathias Malzieu) par Actialuna
 

Toutefois, comme je suis vieux, j’ai demandé à l’éditeur : pourquoi ne pas en faire AUSSI un vrai beau livre à feuilleter chez soi et à prêter à ses amis en dehors d’un écran, dans un écrin appelé livre ? Chacun imaginerait sa musique, y ajouterait ses rêves et voyagerait dans les airs à son rythme. Les vieux et les jeunes lecteurs pourraient s'échanger la version papier et la version numérique, en discuter, les comparer ! Je ne suis pas sûr que cette version papier sorte un jour. Pourquoi ? Parce que le prix proposé pour ce beau livre numérique est 3,99 €. La création et la beauté vaudraient-elles aussi peu cher ?

En tout cas, bravo et merci à tous ceux qui cherchent et inventent de nouvelles formes de lecture. Aidons-les mais n’oublions pas la valeur de tout travail.

Salon du Livre

Comme chaque année, l'édition 2012 du Salon du Livre (16-19 mars) a été le point d’orgue de la première activité culturelle française. 190 000 visiteurs et 2000 auteurs sont passés Porte de Versailles. Professionnels et amateurs de tous âges se sont rencontrés autour du plaisir que procurent la lecture et son écrin préféré, le livre.

La littérature japonaise était à l'honneur avec une vingtaine d'auteurs invités, venus d’un pays très en avance dans le domaine des nouvelles technologies tout en maintenant une culture traditionnelle du papier. Ce dernier est présent partout – l’habitat, la décoration, la sculpture,... – et les journaux et magazines détiennent (encore) les records de diffusion mondiale. La cohabitation ne se discute même pas.

Chez nous, l’impression numérique active voire réactive de nouveaux marchés : courtes et très courtes séries, livres épuisés, personnalisation, Web-to-print,... L’électronique imprimée devrait être une nouvelle voie très positive pour l’imprimé.

 
Vidéo du 19 mars par salondulivreparis
 

L'un des soucis majeurs de ce salon en prise avec la mutation électronique du livre a été l’avenir des librairies indépendantes, maillons essentiels (avec les bibliothèques) de l’aménagement de notre territoire culturel. Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, y a d'ailleurs présenté le rapport "Soutenir la librairie pour consolider l’ensemble de la chaîne du livre : une exigence et une responsabilité partagées" résultant de la mission sur l'avenir de la librairie confiée à six personnalités : Teresa Cremisi, PDG des éditions Flammarion, Colette Kerber, libraire, Alexandre Jardin, écrivain, Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française (SLF), Bruno Parent, inspecteur général des finances, et Marc Sanson, conseiller d’État.

Souhaitons que la commission qui travaillera par la suite sur le sujet aboutisse à des mesures efficaces. Il faut trouver un moyen de combiner le support papier et ses avantages (matière//objet, partage et conseils, cohérence et stabilité, archivage pérenne et peu onéreux) avec la dynamique du numérique. Plus tôt on s’en préoccupera, mieux on s’y préparera. Ce qu’il faut éviter, c’est que l’imprimé devienne le supplétif de l’écran. De même, il ne faudrait pas que la réactivité remplace la réflexion.

Ces thèmes étaient bien présents au Salon du Livre. Le développement prudent du numérique ne me paraît donc pas un problème : foncer tête baissée dans ce que certains appellent la modernité n’est pas un bon réflexe. Les bouleversements à venir seront probablement très importants, il faut y réfléchir, les étudier et les préparer sérieusement, sans crainte excessive.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi