Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > LGP2 : la recherche scientifique papetière et graphique de qualité
Révision : 15 février 2006
LGP2 : la recherche scientifique papetière et graphique de qualité 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles

«Un laboratoire de très bon niveau, dans lequel se fait de la recherche de qualité, où règne une bonne ambiance et une bonne entente, dont la vocation et les missions sont suffisamment claires, dont il n'y a pas lieu de remettre en cause les fondamentaux, et que ses tutelles doivent continuer à soutenir activement.»
Cette conclusion globale est celle à laquelle est parvenu le Comité d'Évaluation qui a audité, en novembre 2005, le Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2), l'unité mixte de recherche (UMR 5518) unissant l'INPG, l'EFPG, le CTP et le CNRS. Le bilan de la recherche effectuée par le LGP2 au cours du quadriennal passé ainsi que les axes de recherche prévus pour le quadriennal à venir ont été examinés. Le Comité, nommé par le CNRS, comprenait des experts -- Virginie Daru (LIMSI Orsay et Section 10 du Comité national), Jacques Comiti (GEPEA Nantes - Saint-Nazaire), Pascale Escaffre (Société Ahlstrom), Daniel Schweich (LGPC-CPE Lyon), Daniel Tondeur (LSGC Nancy, président du comité) -- et des représentants des tutelles -- Anne Corval (Déléguée Régionale CNRS), Jean-Léon Houzelot (DSPT 8, Ministère de la Recherche), Alain Lebre (CTP), Dominique Lachenal (EFPG), Michel Pons (INPG) et Michel Trinite (DSA SPI CNRS). Au terme de l'évaluation, le bilan d'activité ainsi que le programme de recherche du LGP2 pour le prochain quadriennal ont été validés par le Comité qui a confirmé le maintien de l'UMR. Dans leur rapport, les auditeurs ont souligné les points forts du laboratoire et de la recherche effectuée et dégagé les axes d'amélioration souhaitables.


Anne Pandolfi (6 février 2006)

Le Laboratoire Génie des Procédés Papetiers

   
En savoir plus...

Cette Unité Mixte de Recherche (UMR 5518) a été créée en 1995 et réunit quatre composantes : l'École Française de Papeterie et des Industries Graphiques (EFPG), le Centre Technique du Papier (CTP), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et l'Institut National Polytechnique de Grenoble (INPG).
C'est le seul laboratoire français ayant pour mission d’étudier l’ensemble des étapes de la filière papetière, allant de l’arbre au papier imprimé ou transformé en de nouvelles structures tridimensionnelles (étuis, caisses, composites).
Il comprend actuellement 100 personnes (66 équivalents temps plein), dont 29 étudiants en doctorat et 4 stagiaires post-doctoraux, travaillant sur des thèmes différents.
Ses liens avec le milieu industriel sont très nombreux (40 contrats en cours), comme le sont les contacts internationaux avec les centres de recherche de l’ensemble des grands pays papetiers (Suède, Canada, Russie, Finlande, Allemagne, Australie, Nouvelle Zélande, États-Unis, Portugal, Espagne...).

Le Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2) est dirigé depuis 2002 par Naceur Belgacem, professeur de l'INPG à l'EFPG.
Les thèmes de recherche sont actuellement développés dans cinq équipes :

    Chimie des procédés, sous la direction de Gérard Mortha, maître de conférences INPG à l'EFPG : chimie du bois, fabrication des pâtes à papier, blanchiment, chimie des procédés de recyclage.
  Génie papetier, sous la direction de Jean-Claude Roux, professeur INPG à l'EFPG : raffinage, formation de la feuille, pressage, séchage, traitement des effluents, simulation des procédés.
  Physique des structures fibreuses, sous la direction de Jean-Marie Serra-Tosio, maître de conférences EFPG : structure et modélisation des structures fibreuses, propriétés du papier, capteurs, dégradation et stabilisation des propriétés du papier.
  Science et techniques graphiques, sous la direction de Robert Catusse, maître de conférences INPG à l'EFPG : procédé offset, flexographie, transfert d'encre sans impact, gestion de la couleur, capteurs pour le procédé offset.
  Emballage et transformation des papiers et cartons, sous la direction d'Alain Dufresne, professeur INPG à l'EFPG : adhésion, couchage, matériaux composites et complexes, propriétés mécaniques des structures.

Un fond de recherche solide, des évolutions pertinentes

Le Comité d'évaluation apprécie d'emblée l'«équilibre judicieux» atteint entre les aspects fondamentaux et les aspects applicatifs dans les différents thèmes de recherche du laboratoire, quelques soient les niveaux auxquels ils s'adressent : microscopique (chimie de la matière ligneuse), mésoscopique (physique des structures fibreuses) ou macroscopique (procédés papetiers).

«Les actions scientifiques qui constituent le "fonds de commerce" du laboratoire et s'inscrivent dans sa continuité historique sont bien définies dans leurs objectifs, et se développent de manière satisfaisante, par leurs méthodes, leurs outils expérimentaux et les personnes qui les font vivre». Le Comité souligne l'existence d'un fond continu de recherche scientifique de qualité à maintenir voire à enrichir : il constitue une base solide sur laquelle il est possible de greffer de nouveaux développements.
La recherche scientifique effectuée au sein du LGP2 se caractérise bien sûr par de fortes spécificités (ex. physique des structures fibreuses) mais présente aussi un grand intérêt général au-delà de son domaine d'application (ex. chimie et physico-chimie). Elle est également porteuse d'évolutions significatives vers de nouvelles technologies et leurs problématiques scientifiques associées (ex. techniques graphiques et d'impression).

Les orientations scientifiques récentes sont jugées pertinentes dès lors qu'elles sont en cohérence avec la vocation et les compétences du laboratoire et qu'elles correspondent à de forts enjeux scientifiques et applicatifs : c'est ainsi le cas avec l'orientation de l'équipe Science et techniques graphiques vers les nouvelles technologies d'impression.
Toutefois, le Comité attire l'attention du LGP2 sur les précautions nécessaires dans la mise en place et le traitement de deux problématiques d'actualité. Ainsi, pour les "Nanomatériaux et papiers intelligents", le laboratoire doit s'inspirer des avancées scientifiques réalisées par les autres communautés de recherche dans le domaine des nanomatériaux, éviter la redécouverte de résultats déjà connus et affirmer clairement sa spécificité "papier".
Par ailleurs, le nouvel axe "Ingénierie des procédés propres de production, de dépollution, de recyclage des fibres cellulosiques" correspond mieux à la transversalité de la thématique "Environnement" qui ne doit plus être cantonnée à une seule équipe.
Dans les deux cas, le Comité insiste sur les collaborations et interactions à développer avec d'autres laboratoires effectuant des recherches dans des domaines similaires.

Des initiatives à développer, des points à améliorer

Ces dernières années, le LGP2 a porté ses efforts sur différents aspects de son organisation interne : rééquilibrage des publications scientifiques entre les différentes équipes, contrôle et formation en matière de sécurité, développement des formations des membres du laboratoire (celles liées au management des ressources humaines et à la politique qualité de l'EFPG sont ainsi très appréciées par les experts), structuration de l'accueil des nouveaux entrants et implication des doctorants dans la vie du laboratoire, développement de l'ouverture internationale notamment avec l'arrivée de post-doctorants.

Prenant acte des résultats déjà significatifs de ces initiatives, le Comité recommande au LGP2 de poursuivre ses démarches voire de les pousser plus loin : ainsi, il souhaite la mise en place d'«une véritable politique de formation à moyen terme, qui s'appuie sur une identification et une analyse plus générale des besoins» ou encore la poursuite de la démarche d'ouverture internationale que le LGP2 devrait «amplifier en la distribuant davantage sur les différentes activités du laboratoire». Autre point important : le Comité apprécie les mesures prises pour augmenter le niveau de sécurité des personnels manipulant quotidiennement des produits à risques et des machines industrielles. Il encourage le LGP2 «à continuer, voire renforcer une politique rigoureuse de contrôle et de formation à ce sujet», tout en reconnaissant que l'efficacité d'une telle politique est «largement subordonnée à des travaux de mise en conformité des locaux, relevant de la politique des tutelles».

Enfin, si la présentation, la communication et la lisibilité du laboratoire sont jugées bonnes dans l'ensemble, les auditeurs attirent l'attention du laboratoire sur certains points à clarifier et à améliorer afin de valoriser davantage le travail effectué par le Laboratoire Génie des Procédés Papetiers et de le rendre plus visible. 

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2006
 
Mise en page : A. Pandolfi