Accueil Plan du site Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelle > La photographie numérique
01 avril 1997

La photographie numérique

Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Jean-Claude Sohm
(01 avril 1997)
 

Jusqu'à présent, les imprimeurs (ayant intégré le prépresse) avaient l'habitude de numériser des photos, avant de les retoucher et de les assembler avec du texte. Dans un premier temps, ils ont dû passer du scanner rotatif au scanner à plat. Maintenant, avec la photographie numérique, ils risquent de ne plus avoir besoin de scanner du tout ! En fait, ce point de vue est excessif : le film argentique n'est pas près de disparaître, et le développement de la photo numérique est encore lent, tant sur le marché professionnel que sur le marché grand public.

La photo analogique et la photo numérique ont des qualités et des défauts distincts. Avec un appareil numérique, le temps de pose est plus long, et donc le risque de "bougé" plus grand. Le contraste reste un problème (reflets), car le film pardonne mieux les erreurs que les capteurs CCD. Les lignes ont tendance à faire des "marches d'escalier". Les couleurs sont généralement plus fidèles, car on évite de combiner la réponse de la pellicule avec celle du scanner. L'appareil numérique possède un petit écran à cristaux liquides qui permet de juger immédiatement de la qualité de la photo : si elle est ratée, on l'efface et on recommence.

Pour les professionnels, l'appareil numérique permet de transmettre les photos sans délai grâce aux réseaux (Internet étant le plus facilement accessible, mais pas le plus rapide), et de gagner des heures sur les concurrents qui doivent faire d'abord développer et scanner. La démonstration en a été faite aux Jeux Olympiques d'Atlanta. Mais les bons appareils numériques sont très coûteux.

Pour l'amateur éclairé qui s'adonne simultanément aux joies de la micro-informatique domestique et de la photographie, l'achat d'un appareil numérique reste une grosse dépense. Pour ne pas sacrifier la qualité, il faut que la résolution atteigne au moins 800.000 pixels ; le prix de l'appareil se situe alors au-dessus de 5-10 kF - mais on peut faire l'économie d'un scanner. Aux Etats-Unis, où environ 40 % des ménages sont équipés d'un micro-ordinateur, le taux de pénétration de la photo numérique est encore très faible : moins de 1 % des photographes amateurs ont abandonné l'analogique pour le numérique. Mais le développement de la "photographie assistée par ordinateur" -- permettant au particulier de faire lui-même ses retouches, ses copies et ses agrandissements -- ne fait que commencer. Quand on sait que 70 milliards de photos sont développées chaque année, on peut rêver à ce futur marché.

Quatre entreprises sont déjà en piste. La division "imagerie domestique" de Hewlett-Packard (à San Diego) mettra cet été sur le marché américain le système PhotoSmart, constitué d'un appareil photo numérique, d'un scanner et d'une imprimante couleur à jet d'encre - chaque appareil coûtant environ 500 $. Microsoft a écrit le logiciel de retouche des photos : il s'appelle "Picture It". La société Live Picture a mis au point le format de fichier (encore un!) : il s'appelle FlashPix. Enfin, la société Kodak propose d'enregistrer les fichiers sur CD-R.

L'histoire de la photo numérique ne fait que commencer : affaire à suivre!

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base 
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002