Accueil     Plan | Recherche     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Le logo du CERIG MÉMOIRE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Mémoires > Impression des cellules solaires photovoltaïques Révision : 15 avril 2010  
Impression des cellules solaires photovoltaïques
 
             Elsa CORROYER et Sophie HUGUET

Élèves ingénieurs 2e Année
 Mai 2009
Mise en ligne - Avril 2010

Avertissement
Ce mémoire d'étudiants est une première approche du sujet traité dans un temps limité.
À ce titre, il ne peut être considéré comme une étude exhaustive comportant toutes les informations
et tous les acteurs concernés.

 

       
     
  Plan  
I - Introduction
II - Qu'est-ce qu'une cellule photovoltaïque ?
III - Fabrication des cellules photovoltaïques
IV - Étude de marché
V - Conclusion
VI - Bibliographie-Webographie
     
Mémoire précédent    Liste des mémoires    Page technique    Mémoire suivant
Précédent Liste Thèmes Suivant

I - Introduction

Plan

   
  Voir aussi
            Énergie solaire photovoltaïque      
  Figure 1 - Énergie solaire
photovoltaïque
[Accer50]
 

"Passer de 9 % à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en 2020 et viser, si possible, 25 %. Cela suppose un plan concerté pour mobiliser les filières les plus matures (bois combustible, hydraulique, éolien, solaire thermique), et des efforts pour développer les filières prometteuses (solaire photovoltaïque, géothermie à moyenne profondeur, biocarburants de 2e génération)" [Grenelle de l'Environnement - Lutter contre les changements climatiques et maîtriser l'énergie]. Dans cet objectif établi en 2007, les pouvoirs publics français affichent leur volonté de mettre l'accent, entre autres, sur l'énergie solaire photovoltaïque [Figure 1].

Une volonté partagée par de nombreux pays désireux de profiter des bénéfices du rayonnement solaire. Il est vrai que dans le monde entier, la production durable d’énergie à bas coût est désormais une priorité. La demande en électricité ne cesse d’augmenter et les ressources majoritairement exploitées sont épuisables. Les sources de production électrique identifiées en 2008 sont les suivantes [Figure 2] :

                Production mondiale d'électricité en 2008      
  Figure 2 - Production mondiale d'électricité en 2008
[Obers-ER. La production d'électricité d'origine
renouvelable dans le monde. Ed. 2009
]
 
     

L’énergie fournie par le Soleil est encore très marginale : elle ne représente en 2008 que 0,06 % du total de l'électricité produite et 0,3% de la production électrique d'origine renouvelable. Pourtant, la production d'électricité d'origine solaire a connu une croissance forte en dix ans, soit 29,6% par an en moyenne [Figure 3]. Le développement de l'exploitation de cette ressource semble inévitable.

                Taux de croissance annuel moyen 1998-2008 des 
  sources d'électricité      
  Figure 3 - Taux de croissance annuel moyen 1998-2008 des sources d'électricité
[Obers-ER. La production d'électricité d'origine
renouvelable dans le monde. Ed. 2009
]
 
     

Toutefois, le coût de production des cellules photovoltaïques est encore élevé. C'est pourquoi des études sont menées afin de rendre leur fabrication plus rentable : parmi les techniques de fabrication existantes, l'impression des cellules en couches minces est un procédé intéressant à plus d'un titre.

II - Qu'est-ce qu'une cellule photovoltaïque

Plan

"Une cellule photovoltaïque est un composant électronique qui, exposé à la lumière (photons), génère de l’électricité. C’est l’effet photovoltaïque qui est à l’origine du phénomène. Le courant obtenu est fonction de la lumière incidente. L’électricité produite est fonction de l’éclairement, la cellule photovoltaïque produit un courant continu". [Wikipédia]

"Une cellule photovoltaïque transforme l’énergie lumineuse du soleil en courant électrique grâce au matériau semi-conducteur qu’elle contient". [Ademe]

La conversion de l'énergie solaire en électricité, appelée "effet photovoltaïque" est découverte en 1839 par le physicien français Alexandre-Edmond Becquerel (1820-1891). Toutefois, ce n'est qu'en 1954 qu'apparaît la première cellule photovoltaïque à haut rendement.

II-1 - Principe de fonctionnement

Le matériau permettant de fabriquer le courant électrique est le semi-conducteur. Lorsqu’il est pur, ce dernier est presque isolant. Il faut lui ajouter des impuretés ou "dopants" afin de provoquer sa conductivité. Cependant, même présentes à faible concentration, si elles sont métalliques, les impuretés peuvent détériorer le semi-conducteur.

Le fonctionnement de la cellule repose sur la jonction entre deux zones d’un matériau dopées différemment, dite jonction P-N, ou sur la jonction entre deux matériaux différents appelée hétérostructure ou hétérojonction. La couche la moins épaisse est soumise au rayonnement. Après absorption de la lumière, des porteurs de charges sont générés dans le semi-conducteur (électrons et trous), puis ils sont collectés [Figure 4].

                Conversion directe de la lumière en électricité      
  Figure 4 - Conversion directe de la lumière en électricité
[Equer B. Électricité solaire photovoltaïque et couches minces
]
 
     

II-2 - Propriétés des semi-conducteurs

De manière plus globale, il faut considérer l’ensemble de la cellule pour déterminer son efficacité. Le rendement, c'est-à-dire la quantité d’énergie récupérée par rapport à la quantité d’énergie reçue, est un facteur prépondérant.

II-3 - Première génération : cellules en silicium cristallin

Elles sont réalisées à partir de la réduction de la silice provenant du quartz. Le silicium doit être pur à plus de 99%, ce qui nécessite des transformations lourdes : fusion, équarrissage. Il est obtenu sous forme de lingot après transformation puis est scié de manière à obtenir des plaques d’une épaisseur de 200 µm environ. L'injection de dopants (phosphore, arsenic, antimoine, bore) le rend semi-conducteur. Une couche anti-reflet est ensuite déposée [Figure 5].

                Cellule photovoltaïque au silicium cristallin      
  Figure 5 - Cellule photovoltaïque au silicium cristallin
[Lincot D. Nanostructures et conversion photovoltaïque
]
 
     

Avantages :

Inconvénients :

II-4 - Deuxième génération : cellules en couches minces

II-4-1 - Silicium amorphe

Lors de sa transformation, le silicium émet un gaz projeté sur une feuille de verre en présence d’hydrogène pour contrôler le dopage de types n et p. La technique utilisée est la vaporisation sous vide [Figure 6]

                Cellule photovoltaïque au silicium amorphe      
  Figure 6 - Cellule photovoltaïque au silicium amorphe
[Lincot D. Nanostructures et conversion photovoltaïque
]
 
     

Avantages :

Inconvénients

II-4-2 - Cellules CIGS

Le matériau cuivre indium gallium sélénium est le semi-conducteur utilisé, la cellule CGIS résultante est polycristalline, à hétérojonction. Ces cellules peuvent être réalisées par impression ou par déposition sous vide (spray) qui s’avèrent être des procédés relativement économiques. Le substrat peut être flexible.

II-4-3 - Cellules CdTe

Le matériau cristallin est constitué de cadmium et de tellure. La cellule CdTe est à hétérojonction. Le cœfficient d’absorption de ce matériau est relativement élevé ce qui permet de réduire la quantité de matière première.

Seules les cellules de première et deuxième générations sont produites de manière industrielle. Le tableau ci-dessous résume les propriétés principales de ces deux générations [Tableau 1].

  Première génération
Silicium monocristallin ou multicristallin
Deuxième génération
Couches minces
Rendement 15% 6 à 10%
Prix Matériau cher (+ grande épaisseur)
Prix indicatif : >1€/Wc
Support bon marché, moins énergétique
Module Rigide et stable Flexible, intégration architecturale mais moins stable
Autres Purification du silicium
Grande consommation de Si (200-300 microns par plaquette)
Matériau recyclable (encre)
Production de masse (rapidité de superposition de couches fines)

Tableau 1 - Tableau comparatif des caractéristiques des cellules photovoltaïques de première et deuxième générations

II-5 - Troisième génération : cellules à haut rendement

II-5-1 - Cellules photovoltaïques organiques

Le semi-conducteur utilisé est un polymère comme par exemple le polyacétylène. Des recherches sont en cours afin que toutes les couches de la cellule soit de nature polymère. Objectif : manipuler un seul type de matériau et donc une même technologie tout au long du processus de fabrication. Les avantages sont une forte absorption optique, des substrats variés ainsi que des techniques de dépose assez simple. L'inconvénient est que la longévité de ces cellules n’est toujours pas maîtrisée.

II-5-2 - Cellules à jonctions

Dans ces cellules, sont superposés différents types des cellules précédentes :

Le procédé de fabrication varie en fonction et à l’intérieur des générations. Les cellules à couches minces sont en voie de développement et diverses techniques servent à les produire. L’impression via certains procédés participe à leur industrialisation et doit faire ses preuves vis-à-vis des technologies concurrentes. De plus, dans le cas des cellules multicouches, la dépose par impression de certaines d’entre elles peut être envisagée.

III - Fabrication des cellules photovoltaïques

Plan

Les procédés étudiés ici permettent de fabriquer des cellules à couches fines. Atout : elles peuvent avoir un support flexible. En effet, cela permet une intégration beaucoup plus simple aux architectures. Désormais, il est possible de dérouler des rouleaux flexibles sur les toits des immeubles. Les fermes photovoltaïques ne sont donc plus les seuls lieux permettant une intégration simple. De plus, plusieurs méthodes sont utilisées en laboratoire. Toutefois, en termes d’applications industrielles, toutes ces méthodes ne sont pas transposables. Voyons les techniques déjà testées sur le plan industriel.

III-1 - Co-évaporation

Utilisée pour réaliser des cellules CIGS, elle permet de déposer quatre couches. Il y a une évaporation thermique de petites molécules et la dépose des quatre couches est simultanée. Toutefois, l’efficacité du dépôt est faible et la technique nécessite du chauffage et la création du vide.

III-2 - Dépôt électrolytique

Un support de verre est enduit d’une couche d’étain. Puis, un dépôt électrolytique du semi-conducteur est effectué à partir d’une solution aqueuse. Cependant, tous les composés du matériau ne sont pas forcément susceptibles d'être déposés par cette technique. Une dernière étape peut être nécessaire. L’ensemble est recuit sous pression de l’élément que l’on souhaite incorporer.

III-3 - Sérigraphie

Ce procédé d'impression sert à créer des cellules CdTe. Il faut plusieurs presses sérigraphiques mais aussi des fours. En effet, une couche est déposée par sérigraphie puis cuite sous atmosphère azotée. De plus, ce procédé peut être utilisé pour la dépose des contacts métalliques. Il est relativement simple mais le rendement est de 8,7 %.

III-4 - Jet d'encre

Le jet d’encre est connu pour être le procédé d’impression le plus modulable. Le principe piézoélectrique est utilisé pour générer des gouttes à la demande. Intérêt : il n’y pas de perte de matière première et la taille du support est variable. Néanmoins, la maîtrise du dépôt (séchage et homogénéité) pose encore des problèmes ainsi que la superposition des couches imprimées.

En mars 2008, la société américaine Konarka annonce avoir mis au point les premières cellules photovoltaïques imprimée en jet d’encre [Figure 7]. Il est possible d'imprimer une cellule entière ou une partie de ses constituants : par exemple, réaliser les contacts face avant pour les cellules au silicium.

                Impression jet d'encre 
  de cellules photovoltaïques      
  Figure 7 - Impression jet d'encre
de cellules photovoltaïques
[Masamitsu E. Startup makes cheap solar
film cells... with an inkjet printer
]
 
     

III-5 - Procédés roll-to-roll

Les procédés roll-to-roll sont des procédés avec contact, contrairement au jet d’encre. Une adaptation des presses typographiques permet de réaliser des cellules CIGS. Les encres utilisées sont composées de nanoparticules de 100 nm de diamètre. Il y a une stœchiométrie parfaite entre les quatre éléments. L’épaisseur déposée est de 1,5 µm.

La société Nanosolar, qui a développé cette technologie, produit industriellement ces cellules. Le support utilisé est souple  : alliage de 100 micro-mètres d’aluminium [Figure 8]. La technologie fonctionne à l’air libre. L’avantage essentiel est la stabilité de l’impression. En effet, il faut effectuer des réglages précis lors des premiers mètres de fabrication puis l’état stable de production s’établit.

                Impression d'un support 
  métallique souple avec les encres à nanoparticules      
  Figure 8 - Impression d'un support métallique souple
avec les encres à nanoparticules
[Nanosolar
]
 
     

Le tableau ci-dessous récapitule les avantages et les inconvénients des différents procédés [Tableau 2].

Procédés Avantages Inconvénients
Co-évaporation Dépôt simultané des couches Chauffage et création de vide nécessaires
Dépôt électrolytique Un seul support
Technique maîtrisée
Les éléments à déposer sont en solution aqueuse
Un seul support
Ce procédé ne réalise pas toutes les étapes
Impression Production en continu possible
Diversité et flexibilité des supports
Possibilité de combiner les technologies en ligne
Maîtrise de l'épaisseur déposée
Problème de stabilité des encres déposées dans certains cas
Superposition des couches

Tableau 2 - Avantages et inconvénients des procédés de fabrication des cellules photovoltaïques

IV - Étude de marché

Plan

IV-1- Marché actuel

Rappelons la part occupée par les cellules de deuxième génération sur le marché des cellules photovoltaïques [Figure 9] :

                Répartition des technologies de cellules en 2007      
  Figure 9 - Répartition des technologies de cellules en 2007
[Photovoltaique.info
]
 
     

Les technologies des couches minces ont démarré tardivement sur le marché des cellules photovoltaïques. Jusqu’en 2005, elles ont connu une industrialisation lente : une inertie principalement due à des difficultés techniques pour atteindre de bons rendements. De plus, il est difficile d’optimiser un nouveau procédé alors qu’il existe des solutions assez efficaces sur le marché.

Pourtant, certaines conditions favorisent leur développement.

Dans une société de plus en plus soucieuse quant à la production et à la consommation des énergies, le facteur environnemental est un argument majeur. Une bonne utilisation de l’énergie solaire par la technique des couches minces permettrait de répondre en grande partie aux défis actuels liés à l’approvisionnement énergétique et au changement climatique. Cette source d’énergie, pérenne, recyclable et peu polluante, serait une alternative intéressante. Le Grenelle de l’Environnement a fixé un objectif : diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Le solaire photovoltaïque est une opportunité pour atteindre cet objectif. Les cellules de première génération en silicium cristallin sont aussi une solution pertinente à ce problème mais pour une période courte car les ressources de silicium s’épuisent d’année en année.

Le facteur économique est également un élément important dans l’émergence des cellules couches minces. Les fabricants de panneaux solaires sont pénalisés par le coût de fabrication des panneaux photovoltaïques à base de silicium cristallin, ce qui limite leur démocratisation. La technique des couches minces ne nécessite que quelques micromètres de matériau actif, déposé sur des substrats à bas coûts (verre, plastique, métal). De plus, la production de masse permise par les procédés d’impression va dans le sens de la banalisation de cette source d’énergie.

Certains pays, comme l'Allemagne, ont adopté une politique favorisant le photovoltaïque. En France, cette technologie fait partie du Plan Bâtiment Grenelle. Ce choix de développement mise sur la baisse des prix, le positionnement des industriels français sur un secteur innovant à forte valeur ajoutée ainsi que l’aide précieuse des nombreux investisseurs.

Grâce aux politiques volontaristes de plusieurs pays, aux progrès techniques et à l’investissement privé, l’industrie des cellules photovoltaïques en couches minces connaît une croissance sans précédent. Le graphe ci-dessous trace les perspectives d’évolution de la production pour les prochaines années. La quantité de couches minces produites devrait être doublée, triplée voire décuplée selon les techniques utilisées [Figure 10].

                     
  Figure 10 - Perspectives d'évolution de la production
des cellules photovoltaïques par technologie
[Kho J. Thin-film solar set to take market share from crystalline solar PV
]
 
     

Le développement actuel du photovoltaïque va se poursuivre car les capacités de production augmentent plus vite que la production elle-même. La filière du silicium massif restera sur le marché pendant quelques années. Quant à la filière des couches minces, elle devrait connaître un essor considérable. Sa part devrait atteindre 20% vers 2012. L'objectif de prix ≈ 1€/Wc est réaliste. Il rendra ainsi le photovoltaïque plus compétitif.

IV-2- Analyse technico-économique

IV-2-1 - Analyse concurrentielle (diagramme de Porter)

                Analyse concurrentielle du marché des cellules 
  photovoltaïques imprimées (Diagramme de Porter)      
  Figure 11 - Analyse concurrentielle du marché des cellules photovoltaïques imprimées
(Diagramme de Porter)
 
     

Comment la technologie des couches minces peut-elle s’intégrer ?

Les avantages des cellules couches minces par rapport aux cellules de première génération sont le prix de revient, la recyclabilité et la production de masse. Cela permet de penser que l’intégration des cellules couches minces dans le marché des cellules photovoltaïques est inéluctable.

Toutefois, il faut prendre en compte le danger potentiel des nouveaux entrants qui sont encore testés dans les laboratoires. Quand ces cellules de troisième génération à haut rendement arriveront sur le marché, il est possible qu’elles remplacent les cellules de deuxième génération. Cette perspective n'est pas immédiate. De plus, il est possible d'imaginer des techniques d’impression pour fabriquer ces cellules à haut rendement : il existe déjà des applications dans lesquelles sont imprimés des matériaux organiques. Cette évolution devrait donc favoriser et élargir le panel des cellules photovoltaïques imprimées.

IV-2-2 - Analyse stratégique (matrice SWOT)

Forces Faiblesses
  • Faible coût de fabrication
  • Moins d’énergie utilisée durant la fabrication
  • Matériaux recyclables (ex : encres)
  • Impression sur divers supports
  • Film flexible
  • Production de masse (rapidité de superposition de couches fines)
  • Rendement plus faible (donc nécessité
    d’une surface plus importante)
  • Maîtrise moins grande des matériaux
Opportunités Menaces
  • Procédé Spray
  • Progrès dans la fabrication des wafers de
    silicium (plus fins= 20μm)
  • Autre procédés : cellules 3egénération
  • Législation européenne
  • Logique de développement durable des
    entreprises
  • Diminution des ressources de silicium

Tableau 3 - Analyse stratégique du marché des cellules photovoltaïques
imprimées en couches minces (Matrice SWOT)

À noter - Les États-Unis mènent une politique de recherche intéressante à signaler : ignorer les procédés de fabrication existants et se concentrer sur les procédés futurs. Ainsi, au lieu de travailler sur le silicium multicristallin, secteur du photovoltaïque dominé par les Européens, les Japonais et bientôt les Chinois, des universités (Caltech, Stanford, Berkeley, Delaware) et des centres de recherche (NREL, Sandia) ont choisi de travailler sur la troisième génération de cellules photovoltaïques. Pour eux, la valeur ajoutée viendra de cette génération à haut rendement. Certaines entreprises de renom (Konarka, Global Solar) ou start-up – plusieurs ont émergé des travaux d'Alan J. Heeger, Alan G. MacDiarmid et Hideki Shirakawa, prix Nobel de chimie en 2000 pour la découverte et le développement de polymères conducteurs – s'y sont engagées.

IV-3 - Scénarios d'évolution des cellules photovoltaïques imprimées

IV-3-1 - Facteurs de développement

Le silicium nécessaire pour fabriquer les cellules photovoltaïques traditionnelles (première génération) est onéreux et de moins en moins abondant. Or, il est le produit clef de ce procédé. Il est possible d'imaginer que les semi-conducteurs utilisés pour les procédés couches minces (CIGS, CdTe) se substitueront au silicium.

De plus, il y aura certainement une demande grandissante d'installer ce système de récupération d’énergie sur de nombreux supports de natures et de formes différentes. Les couches minces apparaissent comme la meilleure solution technique : ces films flexibles s'adaptent à tous les supports. Les fabricants de cellules solaires se tourneront vers l'impression des cellules, moins coûteuse et respectueuse de l'environnement. Moins gourmands en énergie pendant leur fabrication, les films pourront être intégralement recyclés. L’impression des cellules sera le procédé favorisé par rapport au spray car il permet de superposer plus vite des couches très fines ce qui améliore l’efficacité de la récupération d’énergie.

Ces facteurs permettent d'élaborer les scénarios suivants.

IV-3-2 - Scénario 1 - Les panneaux solaires imprimés subviennent à l’alimentation en électricité du continent africain

Le prix de revient des panneaux solaires est devenu très accessible. Les pays en voie de développement installent des panneaux solaires imprimés sur des hectares de zones désertiques et inhabitées. Il existent même des "tapis" solaires qui peuvent être déroulés sur des kilomètres et transportés plus facilement que les panneaux. Dans ces pays, l’ensoleillement est tel qu’il suffit pour subvenir aux besoins énergétiques de la population.

Risque associé à ce scénario :

IV-3-3 - Scénario 2 - Une voiture électrique entièrement alimentée par un système révolutionnaire de carrosserie photovoltaïque imprimée

La recherche sur les encres contenant des matériaux organiques à propriété photovoltaïque aboutit à une innovation spectaculaire : l’encre en question peut servir de peinture pour la carrosserie des voitures. L’électricité produite par le matériau organique est stockée puis redistribuée dans les batteries qui font rouler la voiture. Attention cependant à vérifier le niveau des batteries avant de sortir par temps de pluie !

Risques associés à ce scénario :

Risque associé à ces deux scénarios

IV-3-4 - Scénario 3 - Des panneaux solaires imprimés moins efficaces que les panneaux fabriqués par d'autres procédés

Les travaux de recherche n'entraînent pas de progrès significatifs en termes de stabilité et d'efficacité des semi-conducteurs. L'impression des cellules photovoltaïques ne perce pas sur le marché. De plus, apparaissent de nouveaux procédés de récupération d’énergie solaire plus efficaces et plus simples à fabriquer. La production de masse de grands panneaux de cellules imprimées, jugée moins rentable, n'intéresse plus. Enfin, le procédé spray qui utilise les mêmes semi-conducteurs et donne la même efficacité fait disparaître le marché des cellules imprimées car, créé antérieurement, ce procédé est mieux maîtrisé.

V - Conclusion

Plan

Les cellules photovoltaïques en couches minces sur support flexible gagnent des parts de marché. En effet, les procédés d'impression autorisent des fabrications en continu et non en plaquettes, ce qui assure une vitesse de production plus importante.

Par ailleurs, grâce à de nombreux investissements, la recherche très active permet un développement considérable de diverses technologies. Aujourd’hui, le marché des films fins n’est pas encore réellement dominé par une technologie particulière. Différents pays, centres de recherches et entreprises cherchent une solution économe et efficace pour une future domination du marché.

La dépose de composés électroniques et de nanoparticules offre de nouvelles perspectives au secteur de l’impression.

VI - Bibliographie - Webographie

Plan

Oberv-ER   La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde. Onzième inventaire. Édition 2009   Énergies-renouvelables.org
Consulter
Ochoa D., Slaoui A., Soler R., Bermudez V.   L'énergie solaire aux États-Unis.   Ministère des Affaires Étrangères et Européennes - Rapport d'ambassades - Rapports États-Unis
16 janvier 2009 - 60 p.
Consulter
Ricaud A. Modules photovoltaïques - Filières technologiques. Techniques de l'Ingénieur
10 mai 2005 - Réf. D3940
Consulter
Impika Le jet d’encre : procédé de fabrication de cellules solaires. Séminaire Photovoltaïque ANR - 16 décembre 2008 - Marseille
Consulter
Zervos H. Thin film solar technologies : prospects, opportunities, forecasts.
Guézel J.C., Lucas T. Traque aux prix bas sur le photovoltaïque. L'Usine Nouvelle, 24 janvier 2008
Consulter
Ballif C. Énergie photovoltaïque : richesse d’une science et potentiel d’applications.
Lincot D. Nanostructures et conversion photovoltaïque. Journées Nanosciences & Nanotechnologies - Salon Mesurexpo, Porte de Versailles, 25-26-27 septembre 2007
Consulter
Equer B. Énergie solaire photovoltaïque : situation actuelle de la technologie et de la R&D. Photovoltaïque CNISF, 3 avril 2007
Consulter
Equer B. Énergie solaire photovoltaïque. Journées Optique, 3-5 juin 2009
Consulter
Ademe Solaire photovoltaïque : l'Ademe fait le point (2). Enerzine.com, 27 novembre 2008
Consulter
Butler D. Thin films : ready for their close-up ? Nature News, 30 juillet 2008
Consulter
Zervos H. Increasing efficiencies for thin film solar cells : different approaches researched by the US DOE. Photonics Online, 9 avril 2008
Consulter
Gordon E. Photovoltaïque : course à la baisse des coûts. L'Hebdo, 22 janvier 2009
Consulter
Photovoltaïque.info Consulter
Equer B. L'électricité solaire photovoltaïque : présent et futur. Reflets de la Physique, n°5 (2007), p.5-6
Consulter
Equer B. Électricité solaire photovoltaïque et couches minces. Journées Couches Minces Énergie, 20-21 octobre 2008
Consulter
National Renewable Energy Laboratory (NREL) Consulter
Institut National de l'Énergie Solaire (INES) Consulter
Bernier P. Des matériaux organiques remplacent les métaux et les semi-conducteurs : des plastiques pour l'optique et l'électronique. La Recherche
Consulter
Lamotte C. Quand le photovoltaïque rayonne... Le Journal du CNRS, n°182, mars 2005
Consulter
Bettaieb K. L'énergie qui vient du ciel. Le Journal du CNRS, n°220, mai 2008
Consulter
Testard-Vaillant P. Quand l'habitat carburera au solaire. Le Journal du CNRS, n°190, novembre-décembre 2005
Consulter
Recherche et développement sur le photovoltaïque. Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement Durable et de la Mer
Consulter
Kho J. Thin-film solar set to take market share from crystalline solar PV Greentechsolar, 8 septembre 2008
Consulter
Konarka Konarka announces first-ever demonstration of inkjet printed solar cells. Konaka
Press release, 4 mars 2008
Consulter
Masamitsu E. Startup makes cheap solar film cells... with an inkjet printer. Popular Mechanics
Consulter
CEA Le Soleil domestiqué. CEA - Espace Jeunes
Consulter
     
  Mémoire précédent
Précédent
Liste des mémoires
Liste
Page technique
Thèmes
Mémoire suivant
Suivant
 
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
     
 Mise en page : A. Pandolfi