Accueil     Plan | Recherche     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Le logo du CERIG MÉMOIRE Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Technique > Mémoires > Impression textile et jet d'encre (4) Révision : 7 septembre 2017  
  Impression textile et jet d'encre (fin)
   
 Thibaut DELAUNÉ [et al.]
(Élèves Ingénieurs 2e année EFPG)
Mai 2004
       
     
  Plan  
I - Introduction
II - Impressions traditionnelles du textile
III - Impression jet d'encre textile
IV - Comparaison des différents techniques
V - Technologie d'impression jet d'encre textile
VI - Analyse du contexte concurrentiel
VII - Approche prospective
VIII -  Conclusion
IX - Bibliographie
     
 
Mémoire précédent    Liste des mémoires    Page technique    Mémoire suivant
Mémoire
précédent
Liste des
mémoires
Thèmes
techniques
Mémoire
suivant

 

VI - Analyse du contexte concurrentiel

Page 3 du mémoire    Plan

VI -1- L'industrie textile dans le monde

   

Fig 14 - Répartition de l'industrie textile
dans le monde

Depuis un demi siècle, l'industrie textile décline en Europe et en Amérique du Nord, alors qu'elle ne cesse de se développer en Asie. Comme le montre la figure 14 ci-contre, la moitié de l'industrie textile mondiale est maintenant concentrée en Asie. L'accord multi-fibre négocié par le GATT (l'ancêtre de l'OMC, l'Organisation Mondiale du Commerce) il y a quarante ans a freiné le processus, mais sans pouvoir l'arrêter. De plus, cet accord s'étant terminé le 31 décembre dernier (2004), la situation de l'Europe et des Etats-Unis va encore empirer. La Chine, extrêmement dynamique dans le domaine textile, et pourvue d'un marché intérieur immense, fait figure d'épouvantail pour le reste du monde.

En France, en 2002, on a observé une baisse de 10 % des investissements, une réduction de 5 % du chiffre d’affaires et une diminution de 7 % du nombre d’emplois dans l’industrie textile. Certaines régions ont perdu plus des 3/4 des emplois du secteur textile au cours des cinquantes dernières années. Les entreprises qui résistent encore ont soit délocalisé leur production, soit évolué vers le luxe ou un marché de niche. L'impression numérique des textiles peut-elle nous apporter une planche de salut ?

 

VI -2- Les tendances

   

Fig 15 - Evolution de la longueur moyenne d'une
impression textile en fonction du temps

Un facteur favorable réside dans le fait que la taille moyenne des fabrications (la surface imprimée avec un motif donné) ne cesse de décroître, comme le montre la figure 15 ci-contre. En dix ans, cette taille a diminué de moitié. Ce résultat a été obtenu à partir de données statistiques relatives au monde entier (Stork), mais pour certaines entreprises, la diminution peut atteindre les 3/4. La part des petites fabrications -- celles pour lesquelles l'impression numérique est compétitive -- augmente concurremment. C'est la carte que joue l'industrie textile de l'Italie du Nord, où sont rassemblés deux fabricants de machines numériques (Reggiani et Robustelli), ainsi que leurs principaux clients.

Certains visionnaires en ont déduit que la personnalisation allait envahir rapidement le secteur de l'impression textile. Ils ont baptisé le phénomène "Mass Customization" (Personnalisation de masse), et le nouveau mode de production "Agile Manufacturing", par opposition avec l'ancienne "Mass production" (production de masse). Ils en déduisent une multiplication de petites entreprises dispersées un peu partout afin de se trouver au voisinage immédiat de leurs clients, ce qui constituerait un retournement complet de la tendance actuelle. Pour terminer, ils citent à l'envie la société japonaise Seiren qui, depuis 1997, a imprimé numériquement plus de 10 millions de m2 de drapeaux et de bannières.

Mais il faut bien reconnaître que, avant l'année 2001, l'impression numérique sur textile était une activité plus que modeste, présente uniquement dans les applications industrielles, mais absente de l'habillement et du textile d'ameublement. Les fabricants d'encres destinées à l'impression numérique des textiles sont d'ailleurs quelque peu amers, car le marché est si étroit qu'ils ne peuvent amortir leurs frais de recherche. Aujourd’hui, on estime à quelque 300 millions de m2 le marché mondial de l'impression textile numérique, soit environ 1 % de l'ensemble de l'impression textile. Il est clair que, pendant les prochaines années, l'industrie textile européenne et nord-américaine continuera à souffrir.

En France, une vingtaine de machines sont utilisées dans le cadre de l’impression jet d’encre sur textile. La majorité de celles-ci sert à faire de l'échantillonnage, le reste à réaliser les petites séries. Les entreprises correspondantes sont majoritairement localisées dans la région Rhône-Alpes.

 

VII - Approche prospective

Page 3 du mémoire    Plan

VII-1 - Le scénario moyen

Grâce à ses nombreuses qualités, 'impression numérique textile pénètre lentement, mais sûrement, le secteur de l'habillement et celui du textile d'ameublement, parce qu'elle permet :

 

Dans la tendance actuelle, la sérigraphie ne gagne plus de part de marché. De plus, sachant que le marché du jet d’encre a des taux de croissance de l’ordre de 10 % par an, on peut penser que cette technologie adaptée au textile va profiter de ce développement pour évoluer et s’affirmer dans les prochaines années. D’autre part, si on ajoute l’importance des recommandations environnementales et des lois de plus en plus strictes sur ce sujet, on peut prévoir une augmentation de quelques pourcents pour les futures années. On ne peut cependant pas penser à un boom de cette technologie dans le contexte actuel car les entreprises sont assez frileuses et les investissements restent mineurs. On observe notamment que le nombre d’imprimeurs numériques augmente, certes, mais pas aussi vite que prévu.

Un taux de pénétration de 10 % en 10 ans constitue une prévision raisonnable. Ce taux suppose que :

Les deux premiers points correspondent effectivement à une tendance du marché. Ce scénario paraît être le plus probable.

 

VII-2 - Scénario B - Le jet d'encre s'impose dans l'industrie textile

Dans le cas où la reproduction des couleurs s’améliore dans les années à venir, à l’aide d’encres qui ne soient pas trop chères (avec une utilisation possible d’extender, charge qui renforce le pouvoir couvrant de l’encre à moindre coût) et où les vitesses d’impression et de séchage augmentent, l’impression numérique sur textile peut d’ici à 10 ans prendre jusqu’à 40 % du marché. Ces chiffres s’appuient sur le développement important de l’encre UV qui permet un séchage très rapide de l’encre, ou d'encres ne nécessitant plus ni post- ni pré-traitement. Notons qu’on ne peut prévoir beaucoup plus étant donné que cette technologie n’en est qu’à ses balbutiements aujourd’hui. De plus, en 1998, on observait que le textile n’était imprimé qu’à hauteur de 11 à 13 %. Ce chiffre peut exploser dans les années à venir, tant la société dans laquelle nous vivons vise à individualiser au maximum les personnes les unes des autres : c’est la "mass customization", encore appelée "agile manufacturing".

Tout ce vocabulaire est bien beau, mais la réalité s'impose : l'impression numérique textile n'est pas une "killing application" ; elle n'a aucune chance de remplacer la sérigraphie dans un avenir prévisible. Elle ne peut se développer que dans le domaine des petites séries, imprimées en tons continus, avec ou sans personnalisation.

 

VII-3 - Scénario C - Le jet d'encre, mort-né de l'impression textile

Dans un marché aujourd’hui de plus en plus concurrentiel où les coûts de production tendent à être diminués à tout prix, les perspectives de développement sont assez réduites pour l’impression numérique textile. En effet, comme on peut le voir sur la figure 16, le procédé jet d'encre n’est rentable vis à vis de la sérigraphie que pour les très faibles tirages.

Figure 16 - Coûts comparés de la sérigraphie
et du jet d'encre pour l'impression textile
en fonction de la production

De plus, malgré des avantages indéniables,  le procédé et les machines restent très coûteux. On vise donc un développement assez réduit, et la part actuelle de marché (1 %) de l’impression jet d’encre sur textile ne devrait guère s'accroître au cours des prochaines années.

On peut renforcer la vraisemblance de ce scénario noir en remarquant que, pour développer l'impression numérique textile, il faut concurremment mettre au point de nouvelles têtes d'impression, de nouvelles encres et de nouvelles machines -- et le tout dans un secteur de l'industrie qui songe plus à réduire ses coûts grâce à la délocalisation qu'à investir dans de nouvelles technologies.

Les fabricants d'encre qui ont investi dans la mise au point de formulations dédiées à l'impression numérique textile ne voient pas poindre de retour sur leur investissement. Les fabricants de têtes jet d'encre,  pour leur part, sont sollicités par de multiples marchés émergents, parmi lesquels l'impression numérique textile n'apparaît pas comme le plus séduisant, loin de là. Nous sommes donc confrontés au classique "syndrome de la poule et de l'oeuf" : chaque acteur attend que son voisin investisse pour se lancer à son tour.

 

VIII - Conclusion

Page 3 du mémoire    Plan

Le procédé d’impression jet d’encre pour l’industrie textile, bien qu’encore embryonnaire, présente de nombreux avantages qui laissent présager un développement futur. En effet, contrairement à ce que pense la plupart des imprimeurs traditionnels du textile, il faut voir le jet d’encre, non comme un concurrent de la sérigraphie mais au contraire comme un allié, permettant par exemple de produire des échantillons. Ce procédé a véritablement sa place. Il ouvre même un nouveau marché à l’industrie textile, grâce à la personnalisation des imprimés pour un coût mineur comparé à ce que cela coûterait en sérigraphie. Il répond à la demande actuelle de la société, dans laquelle la « mass customization » vient remplacer la « mass production ». Mais pour que ce procédé soit totalement accepté dans le futur, de nombreux points sont encore à améliorer pour le rendre plus abordable et plus compétitif.

LES USAGES DU JET D'ENCRE
  Échantillonage   Épreuvage & Production  
  Design   Présentation   Petites séries   Grandes séries  
 
  • Créations
 
  • Collections et modèles
 
  • Pièces types
  • Petites séries
  • Séries personnalisées
  • Réalisation de papier transfert
 
  • Production
 

Utilisation du jet d'encre pour l'impression textile
(Source : Impression numérique sur textile, Bruno SUEUR, IFTH)

 

VIII - Bibliographie

Page 3 du mémoire    Plan

Anonyme   NUMTEX - Forum de l’impression numérique textile   http://www.numtex.com (consulté le 10/12/2004)
Anonyme   Site de Sublistatic International (leader mondial du papier transfert)   http://www.sublistatic.com/fr/home.html (consulté le 10/12/2004)
Anonyme   Reggiani Macchine (version anglaise du site de l’entreprise)   http://www.reggianimacchine.it/english/aboutus.htm (consulté le 10/12/2004)
ROSS Teri   A Primer in Digital Textile Printing (Mai 2001)   http://www.techexchange.com/thelibrary/DTP101.html (consulté le 10/12/2004)
ROSS Teri   Digital Textile Printing New Technology, New Markets, New Opportunities (transparents, 1998)   http://apparelandfootwear.org/data/arc.pdf (consulté le 10/12/2004)
BALDWIN Howard   High Performance Piezo Ink Jet for Printing Textiles (transparents)   in : IMI Digital Textile Printing, nov. 2000, Atlanta
http://techexchange2.com/pp/Piezo/Piezo.htm (consulté le 10/12/2004)
NEWSOM Lee   Opportunities in Digital Textile Production (transparents)   in : IMI Digital Textile Printing, nov. 2000, Atlanta
http://techexchange2.com/pp/DigitalPrintingOpportunit/DigitalPrintingOpportunit.htm (consulté le 10/12/2004)
TIPPETT Brooks G.   Can Digital Printing Fit the Bill? (transparents)   in : IMI Digital Textile Printing, nov. 2000, Atlanta
http://techexchange2.com/pp/CanDPFitTheBill/CanDPFitTheBill.htm (consulté le 10/12/2004)
HANLEY Mark   Digital Color Printing of Textiles: Challenges & Rewards (transparents)   in : IMI Digital Textile Printing, nov. 2000, Atlanta
http://techexchange2.com/pp/DPChallenges_Rewards/DPChallenges_Rewards.htm (consulté le 10/12/2004)
PARTRIDGE Stewart   Potential for Digital Textile Printing: Garment Decoration, Flags & Banners (transparents)   in : IMI Digital Textile Printing, nov. 2000, Atlanta
http://techexchange2.com/pp/DPPotential/DPGmntFlag_BannerPot.htm (consulté le 10/12/2004)
COLLEU A., PERRET DU CRAY N .   Le jet d'encre en imprimerie   http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/1999/jet-d-encre-1.htm
BARROS G., AUTELLET S.   Avancées technologiques en jet d'encre   http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2001/jet-d-encre-3.htm
Anonyme   Papier transfert textile spécial jet d’encre   http://www.papier-jet-encre.com/papier_transfert_jet_encre.html (consulté le 10/12/2004)
VIGNE Lucie, LEJEUNE Gaël   La gestion de la couleur pour le cas de l'impression textile   Projet de licence professionnelle. Grenoble : EFPG, 2004, 90p.
RIMAI D.S., QUESNEL D.J   Electrophotographic Printing on Textiles and Non-Polar Substrates   Journal of Imaging Science and Technology, January/February 2004, vol. 48, n° 1, pp. 10-14
SUEUR Bruno   L’impression numérique sur textile pour la décoration intérieure automobile (transparents)   IFTH, Octobre 2003
http://www.astrid.asso.fr/RUBRIQUES/POLE_AUTO/PDF/JTDECO/Impression_numerique.pdf (consulté le 10/12/2004)
BYRNE Chris   Inkjet printing in the Textile Industry : Drawing up the Battlelines   http://www.digitaltextile.net/archive/articles/overview2001.htm (consulté le 15/12/2004)

 

Page 3 du mémoire    Plan

     
  Mémoire précédent
Mémoire précédent
Liste des mémoires
Liste des mémoires
Page technique
Thèmes techniques
Mémoire suivant
Mémoire suivant
 
Retour à la page de la technique (Nouvelles technologies)
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2004
     
Figure et mise en page : J. C. Sohm