CERIG - Janvier 1999

Bannière : connectivité (49566 octets)

 

Chapitre 7

Transmettre des données sur le réseau téléphonique
2 - Réseau Numérique à Intégration de Services

Jean-Claude Sohm

 

1 - La boucle locale peut faire mieux

La bande passante de la boucle locale est limitée à 4 KHz par des filtres placés par les compagnies de téléphone. Si on enlève ces filtres, on s'aperçoit que la bande passante effective dépasse presque toujours le MHz (sauf si la longueur de la ligne est supérieure à 6 km environ). On peut donc envisager :

 

2 - La téléphonie devient numérique

La première solution a été mise en œuvre dès 1962 aux États-Unis, pour créer des lignes T1 reliant les centraux téléphoniques entre eux au débit (DS1) de 1,544 Mbps (24 canaux de 64 Kbps réunis par TDM, Time Division Multiplexing-- plus 8 Kbps de "framing bits"). Le codage, intitulé AMI (Alternate Mark Inversion) est des plus simples : le zéro correspond à une tension nulle, et le un à une impulsion de ±3 volts. Pour assurer la liaison dans les deux sens (full duplex), il faut deux paires torsadées, et des répéteurs doivent être placés tous les deux kilomètres. L'introduction de cette technique marque le début de la transmission téléphonique numérique ; elle améliora très notablement les communications à longue distance. Une dizaine d'années plus tard, les lignes T1 furent proposées sur la boucle locale, pour les usagers ayant besoin de débits élevés. En Europe, on utilise des lignes E1, débitant 2,048 Mbps (32 canaux de 64 Kbps). Les lignes T1/E1 donnent naissance à des courants induits importants, et sont considérées aujourd'hui comme une technologie vieillissante. Sur la longue distance, la fibre optique les a complètement supplantées.

L'idée naquit ensuite de faire circuler des impulsions à fréquence plus basse sur la boucle locale : ainsi est né le RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Services). Pratiquement, on a choisi (aux États-Unis) :

On obtient ainsi un débit brut de 80x2=160 Kbps. Les informations de service (overhead) occupant 10% de la place disponible dans les paquets, le débit réel vaut 144 Kbps. Ce débit est divisé en trois canaux :

On obtient ainsi une ligne RNIS (en anglais ISDN : Integrated Services Digital Network) de type BRI (Basic Rate Interface).

 

3 - Que peut-on faire avec le RNIS ?

Avec deux canaux B et un canal D, on peut transmettre simultanément :

On peut aussi utiliser le canal D pour établir une connexion permanente à 16 Kbps avec un réseau public de transmission de données.

 

4 - Comment utiliser le RNIS pour transmettre des données

L'interface entre la ligne RNIS et l'ordinateur s'appelle un modem RNIS. On peut également utiliser un routeur RNIS pour relier la ligne au réseau local de l'entreprise.

Certains modems RNIS permettent de coupler 4 lignes téléphoniques, soit 8 canaux B, pour transférer les données à la vitesse de 512 Kbps -- un débit tout à fait respectable dans le domaine des industries graphiques, où le RNIS est de plus en plus utilisé. Il faut cependant veiller à ce que les logiciels de communication utilisés sur les deux machines communicantes soient compatibles.

 

5 - Avantages et inconvénients du RNIS

Avantages :

Inconvénients :

 

6 - Conclusion

Pour faire mieux, il faut cesser de faire passer les données par le réseau commuté, et recourir aux procédés DSL.

 

7 - Divers

Note (115 octets)   Consulter le dossier RNIS du CERIG

 

Première page    Page précédente    Plan de l'exposé    Page suivante    Dernière page

Retour à la formation en ligne
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
 
Copyright ©CERIG/EFPG 1996-2001
 
Conception graphique : Barbara Truffi