Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Procédés > Waterless (introduction)           Novembre/Décembre 1999
L'offset sans mouillage ou "Waterless"
Anne Blayo (EFPG), Dominique Gilet et Jocelyne Rouis (CERIG/EFPG)
(novembre/décembre 1999)
D'après la thèse de doctorat de Véronique Lanet-Tholimet
I - Introduction     Sommaire

Dans ce dossier, pour éviter toute confusion, on désignera l'offset Waterless par "offset sans mouillage". En aucun cas, le terme offset sec ne sera employé ici. L'offset sec (en anglais : 'dry offset' ou 'letterset') se rapporte en fait au procédé encore appelé typographie indirecte, ou typo-report, utilisé en particulier pour la décoration des boîtes métalliques et dont la forme imprimante est un cliché en relief.

    Offset conventionnel
Principe du procédé
offset conventionnel

Le procédé "Waterless" ou procédé offset sans mouillage est le nom donné au procédé d'impression qui utilise une presse offset sans système de mouillage.

Le procédé d'impression offset conventionnel, bien connu des imprimeurs, est un moyen d'impression utilisant un blanchet pour transférer l'image de la plaque au support (papier, carton, métal). Il y a report indirect de l'image.

Ce procédé est basé sur les différences de propriétés de surface entre les deux zones de la forme imprimante (zone image et zone non-image) ainsi que celles de l'encre et de la solution de mouillage. Cette dernière se dépose sur les zones hydrophiles non imprimantes de la plaque alors que l'encre s'étale sur les points de résine photosensible, hydrophobes, qui forment les zones imprimantes.

La solution de mouillage d'une part et l'équilibre eau/encre d'autre part sont les éléments indispensables au bon fonctionnement du procédé offset conventionnel.

Le procédé offset sans mouillage est un dérivé de l'offset conventionnel dans la mesure où il utilise une plaque et un blanchet. Cependant, pour ce type de plaque la solution de mouillage qui protège de l'encre des zones non imprimantes, est remplacée par une couche de silicone alors que les zones imprimantes sont constituées d'un photopolymère analogue à ceux utilisés pour des plaques conventionnelles.

Ce procédé simple dans sa description est en réalité plus complexe car il faut tenir compte du comportement rhéologique des encres en plus des phénomènes physico-chimiques. Le dossier consacré à ce thème abordera le procédé "Waterless" sous ses différents aspects : avantages et limites, implications en matière de consommables, applications et devenir.

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter :
CERIG : cerig@efpg.inpg.fr Dominique Gilet : Dominique.Gilet@efpg.inpg.fr Anne Blayo : Anne.Blayo@efpg.inpg.fr
Tél. 04 76 82 69 91     Fax. 04 76 82 69 33
 
 
Chapitre précédent Sommaire  Chapitre suivant 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001