Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Réseaux et télécommunications > RNIS 5
         Mars 1998

Le transfert des données via le RNIS

 

par J.C. SOHM - Enseignant à l'EFPG

 


Chapitre V - Le matériel

1 - L'équipement d'extrémité

2 - L'adaptateur RNIS

3 - Le logiciel


 

1 - L'équipement d'extrémité

Sommaire chapitre

Rappelons que l'accès de base du RNIS utilise une ligne téléphonique ordinaire. A l'arrivée de cette ligne dans l'entreprise, un "équipement d'extrémité" marque la limite entre ce qui reste la propriété de la compagnie de téléphone et ce qui appartient à l'entreprise. Dans le jargon de la téléphonie, il est appelé ETTD/ETCD (Equipement Terminal de Transmission de Données/Equipement Terminal de Circuit de Données) en français, et CSU/DSU (Channel Service Unit / Data Service Unit) en anglais. Les règles relatives à ce dispositif ne sont pas les mêmes en Europe et en Amérique du Nord, où l'usager est plus libre de s'équiper comme il l'entend, et où l'offre de matériel est donc plus diversifiée.

En France, l'opérateur national installe un dispositif appelé TNR (Terminaison Numérique de Réseau), qui reste sa propriété, et qui est alimenté en énergie électrique à travers la ligne. Au-delà du TNR commence le bus S0 (propriété de l'entreprise), qui peut comporter au maximum 10 prises S0 (type RJ45), et permet de brancher au plus 5 terminaux tous numériques (figure 7). Ces appareils peuvent être : un téléphone numérique, un micro-ordinateur équipé d'une carte d'interface adéquate, un routeur spécialisé (pour relier un réseau local à l'ISDN), un fax numérique (également appelé "fax groupe 4"), un micro-central téléphonique privé, etc. France Télécom ne fournissant qu'un seul numéro de téléphone par ligne Numéris, chaque appareil doit reconnaître les données qui lui sont destinées.

 

Figure 7 : Numéris

 

En Amérique du Nord, le dispositif que l'on branche à l'arrivée d'une ligne ISDN s'appelle NT-1 (Network Terminator 1). Contrairement à ce qui se passe dans notre pays, le NT-1 est la propriété de l'entreprise, qui doit l'alimenter en énergie électrique (et même en courant secouru s'il faut assurer la continuité du service). Le NT-1 peut être un dispositif simple comme le TNR, ou un dispositif plus élaboré permettant le branchement de 8 appareils, qu'ils soient analogiques ou numériques. Le bus S0 est facultatif (on l'appelle "S/T bus" ou "ISDN-line"), car certains NT-1 possèdent des connecteurs qui permettent le branchement direct des appareils.

 

2 - L'adaptateur RNIS

Sommaire chapitre

Pour raccorder un micro-ordinateur au bus S (ou à son équivalent), il faut utiliser un dispositif d'interface appelé "adaptateur RNIS" ou "modem RNIS", fonctionnant suivant le protocole V.110 (en Europe) ou V.120 (aux Etats-Unis). Ce dispositif peut être :

Le terme anglais TA (Terminal Adapter) désigne tout dispositif d'interface permettant de relier un appareil (micro-ordinateur, téléphone analogique, fax analogique également appelé "fax groupe 3") au bus S. Les termes "digital modem" ou "ISDN modem" sont également utilisés. On trouve sur le marché des dispositifs regroupant un NT-1 et un TA, qui permettent de brancher directement un appareil (et un seul) sur une ligne ISDN.

L'offre de cartes RNIS pour micro-ordinateurs se développe et se diversifie. Le prix de ces cartes baisse, la plupart coûtent maintenant moins de 500 $ pièce. On distingue les cartes passives, qui ne possèdent pas de microprocesseur (et sollicitent d'autant celui du micro-ordinateur), et les cartes actives, qui en possèdent un, et sont plus perfectionnées. L'acquéreur se voit alors offrir un cocktail de possibilités techniques :

Bien entendu, certaines de ces possibilités ne peuvent être mises en oeuvre que si elles sont simultanément disponibles sur les deux machines communiquant via le RNIS (ex : l'allocation dynamique de bande passante). Au fur et à mesure que le RNIS se développera, le marché fera le tri des meilleurs matériels et logiciels. On ne sera pas surpris d'apprendre que l'offre de cartes RNIS est nettement plus abondante pour la plate-forme PC que pour la plate-forme Apple : les entreprises qui possèdent un parc mixte ont donc intérêt à utiliser un PC pour se connecter au RNIS.

On peut se demander à quoi sert l'adaptateur, alors que le RNIS et l'ordinateur fonctionnent tous deux de manière numérique. En fait, quel que soit le dispositif que l'on raccorde à un ordinateur, une interface est indispensable. D'abord parce que les deux dispositifs ne fonctionnent pas à la même vitesse : la présence d'une mémoire tampon s'impose, et il faut la gérer. Ensuite, parce que les deux dispositifs ont chacun leur propre protocole de fonctionnement, et qu'un intermédiaire est nécessaire pour qu'ils puissent communiquer (protocol converter). On notera que l'adaptateur RNIS n'est pas utile lorsque le micro-ordinateur est raccordé à un réseau local, relié au RNIS via un routeur spécialisé (ISDN router).

 

3 - Le logiciel

Sommaire chapitre

L'utilisation du RNIS n'a pas toujours été prévue dans les systèmes d'exploitation destinés aux micro-ordinateurs. Ainsi, Windows NT 4 supporte le RNIS nativement, mais un petit programme complémentaire doit être adjoint à Windows 95. Il faut aussi disposer du même logiciel de communication (ou de deux logiciels compatibles) sur chacun des deux micro-ordinateurs reliés par connexion RNIS. Tous ces éléments logiciels sont généralement fournis avec l'adaptateur ; on peut également se les procurer auprès de la compagnie de téléphone, ou de l'entreprise qui conçoit et/ou installe la partie privée de la liaison RNIS. Lorsqu'on utilise un PC géré sous Windows 95, on doit veiller à acquérir une carte RNIS qui soit réellement Plug-and-Play, pour éviter les difficultés de configuration, qui peuvent être notables.

    Chapitre précédent Sommaire    Chapitre suivant    
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données

Copyright © CERIG/EFPG 1996-2000