Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Internet et le web > IIS(3)
            16 janvier 2001
Gérer son site web avec IIS
Jean-Claude Sohm - CERIG / EFPG
(16 janvier 2001)
III - Configuration de IIS4
 
III-1 Introduction
III-1-1 Le démarrage du serveur web
Le serveur web peut être arrêté, suspendu ou en fonctionnement. Le passage du fonctionnement à la suspension a pour effet de laisser travailler les internautes qui sont en train de visiter le site web, mais de ne pas répondre aux requêtes de nouveaux internautes. Par défaut, le serveur web IIS4 démarre quand on met en marche la machine.
On peut démarrer, arrêter ou suspendre le serveur web à l'aide de la console d'administration (voir ci-dessous). On sélectionne le site web, et on appelle le menu contextuel (clic droit). On peut aussi utiliser le chemin suivant : "Démarrer > Programmes > Outils d'administration (Commun) > Gestionnaire de Serveur > Ordinateur > Services... > Service de Publication WWW > Arrêter (ou Suspendre, ou Reprendre, ou Démarrer)". On peut choisir entre un démarrage automatique (par défaut) et un démarrage manuel. Attention ! Seul le démarrage automatique permettra au serveur web de reprendre son service automatiquement après une coupure de courant, après que le serveur NT ait démarré automatiquement lui aussi.
III-1-2 La console de gestion

La configuration du serveur web s'effectue à l'aide de la console d'administration intitulée "Microsoft Management Console". On la lance via "Démarrer > Programmes > Windows NT 4.0 Option Pack > Microsoft Internet Information Server > Gestionnaire de services Internet". On a intérêt à créer un raccourci (clic droit), que l'on déplace vers le bureau par couper-coller, car on fait un usage fréquent de cette console. A titre d'information, le programme correspondant se trouve en C:\WINNT\system32\inetsrv\iis.msc.

III-1-3 La structure du site web

Il suffit de jeter un coup d'œil à la console pour s'apercevoir que, dans IIS4, un site web est organisé de manière hiérarchique. Voici ce que l'on observe la première fois que l'on ouvre la console :

Console Root
- Internet Information Server
- - Magenta (le nom du serveur)
- - - Site web par défaut
- - - - IIS samples
- - - - etc.

Cette organisation fait que, lorsqu'on règle un paramètre à un niveau hiérarchique donné, les niveaux inférieurs héritent automatiquement de la valeur ainsi fixée. L'opérateur peut aller contre cet héritage systématique : le système prévient, mais obéit. Il est donc important, lorsqu'on configure IIS, de :

    décider à quel niveau hiérarchique on doit intervenir pour régler un paramètre donné ;
  bien faire attention à ne pas construire un système incohérent lorsqu'on viole la règle d'héritage.
 
III-2 Configuration au niveau de l'ordinateur
III-2-1 Le type MIME
La seule intervention que l'on ait en général à faire au niveau de l'ordinateur est la déclaration d'un nouveau type MIME. De quoi s'agit-il ?

Un navigateur sait traiter les fichiers de texte (ASCII), les fichiers HTML, les images GIF et JPEG. Lorsqu'il rencontre un fichier d'un autre type, il fait appel à un module externe (plug-in) ou à une application présente sur la machine cliente (ex : Word pour un fichier ".doc"). Sur la plate-forme PC, le navigateur peut se fier à l'extension du fichier, mais sur la plate-forme Apple, il doit utiliser un autre moyen. Le type MIME a été créé pour caractériser le type d'un fichier indépendamment de la plate-forme à laquelle appartient l'ordinateur client. A l'origine, le type MIME était utilisé uniquement pour les fichiers attachés du courrier électronique, mais par la suite son usage fut étendu au web.

Si l'on fait appel, dans une page HTML, à un fichier dont le type MIME n'est pas déclaré sur le serveur web utilisé, toutes sortes de choses désagréables peuvent se produire. Le serveur web peut refuser de servir la page en question, le navigateur peut l'afficher n'importe comment, à moins qu'il ne se plante systématiquement chaque fois que la page est demandée, ou qu'il ignore superbement le fichier en question.

L'organisme qui gère son propre site web doit donc apprendre à déclarer le type MIME d'un nouveau type de fichier. Si son site est hébergé, et si l'hébergeur ne veut rien entendre pour enregistrer le nouveau type MIME sur son serveur, un palliatif consiste à déclarer le type MIME dans la page HTML elle-même. L'exemple suivant est extrait d'un fichier du Cerig :
<embed src="http://magenta.efpg.inpg.fr/flash/arbre.swf"
type="application/x-shockwave-flash">
III-2-2 Déclaration d'un nouveau type MIME

On ouvre la console de gestion. On sélectionne le nom de la machine, et dans le menu contextuel (clic droit) on choisit "Propriétés". Une boite de dialogue intitulée "Propriétés de * Magenta" s'ouvre. Elle comporte un seul onglet contenant trois zones. Dans la troisième zone, intitulée "Mappage MIME de l'ordinateur", cliquer sur le bouton "Types de fichiers...". La boite de dialogue du même nom s'ouvre, qui contient la liste "Types de fichiers enregistrés :". Dans cette liste, la première colonne contient l'extension du fichier, la seconde colonne son type MIME. Par exemple, on voit que les fichiers ".gif" ont pour type MIME "image/gif". Tous les types MIME connus de la machine se trouvent dans cette liste.

On voit également que les fichiers des animations vectorielles Flash, dont l'extension est ".swf", ne figurent pas dans la liste. Avant de placer des animations Flash dans les pages web servies par le site, il faut déclarer leur type MIME, soit "application/x-shockwave-flash". Pour ce faire, on clique sur le bouton "Nouveau type...", et la boite de dialogue "Type de fichier" s'ouvre. On saisit ".swf" dans le champ "Extension associée :" et "application/x-shockwave-flash" dans le champ "Type de contenu (MIME) :". On valide la saisie, on referme la console, et on répond affirmativement à la question "Enregistrer les paramètres de la console dans iis.msc ?".

 
III-3 Configuration au niveau du site

Dans la console de gestion, on développe l'arborescence et on sélectionne "Site Web par défaut". Un clic droit fait apparaître le menu contextuel, et on sélectionne "Propriétés". Une boite de dialogue intitulée "Propriétés de Site Web par défaut" s'ouvre. Elle possède 9 onglets, que nous allons examiner tour à tour.

III-3-1 Site Web

L'onglet "Site Web" possède trois zones. La première s'appelle "Identification de site Web". Dans le champ "Description :", on saisit le nom du site web (ex : Cerig). Dans le champ "Adresse IP :", on saisit l'URL du site (ex : 195.220.30.251). L'adresse IP qui est proposée en alternative ("Tous non assignés") est utilisée pour le site web par défaut, lorsque plusieurs sites web sont hébergés par le même serveur IIS sur le même port.

On laisse la valeur 80 par défaut dans le champ "Port TCP :". Lorsqu'on héberge plusieurs sites web sur la même machine, on peut les distinguer par leur numéro de port. Ce dernier doit alors figurer dans l'URL (ex : http://cerig.efpg.inpg.fr:80/). Cette technique n'est pratiquement plus utilisée, car on dispose aujourd'hui de moyens plus commodes (bouton "Avancées...") pour héberger plusieurs sites web sur le même serveur. Le numéro de port 80 par défaut est facultatif dans l'URL, si bien que tout le monde l'omet.

La deuxième zone de l'onglet "Site web" s'appelle "Nombre de connexions". Il s'agit en fait du nombre de connexions simultanées. Par défaut, la valeur est "illimité", ce qui signifie en fait "non limité". Le nombre de connexions simultanées qu'un serveur web peut assurer dépend de sa mémoire vive. Si on s'aperçoit que le serveur refuse de nouvelles connexions lors des pointes de trafic (en examinant le fichier journal par exemple), il est temps de renforcer la machine, ou de la changer pour une plus puissante.

Le délai de connexion est le temps au bout duquel le serveur ferme une connexion avec une machine cliente qui n' envoit plus de nouvelle requête, sans pour autant avoir fermé la connexion. On dit alors que la visite est terminée. La valeur par défaut (900 secondes, soit 15 minutes) est tout à fait classique.

La troisième zone de l'onglet "Site web" concerne le fichier journal du serveur web. Ce fichier journal (log file, en anglais) enregistre les requêtes des machines clientes, et la manière dont elles ont été satisfaites. IIS4 propose trois formats de fichier journal ; le plus complet est le "Format de fichier journal étendu du W3C". Lorsqu'un format est sélectionné, le bouton "Propriétés..." donne accès à la liste détaillée des champs correspondants, et à la périodicité du journal. Nous reviendrons sur ces points au chapitre suivant.

III-3-2 Opérateurs

La suite de ce chapitre sera mise en ligne le 29 janvier prochain

 
 
Chapitre précédent Sommaire  Chapitre suivant 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2000