Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Consommables > Les encres offset > Conclusion           Révision : 26 juin 2001
Les encres offset de labeur
Dominique Gilet - CERIG
(Juin 2001)
XII - Conclusion
                Précédent     Sommaire     Suite

En conclusion de cette étude, il faut souligner l'énorme travail qu'ont déjà réalisé les fabricants d'encres pour fournir à leur client des produits à la fois performants du point de vue technique et conformes à la législation. Soulignons également que différents groupes de travail agissent pour déterminer les meilleures conditions d'hygiène et de sécurité et faire en sorte que les utilisateurs manipulent des produits "propres" et sains.

Toutefois le critère du prix reste un obstacle majeur avant que les imprimeurs acceptent de changer leur méthode de travail et leurs consommables, que ce soit pour les encres UV, les encres végétales ou les encres waterless qui offrent à première vue de réels avantages du point de vue environnemental.

Outre ce fait, un autre point ressort de cette étude : il existe trop peu d'analyses globales intégrant l'encre dans son ensemble, à savoir l'encre et son mode d'application et de séchage, mais aussi en amont sa fabrication, et en aval le recyclage ou l'incinération. C'est un point qu'il faudrait absolument intégrer avant d'orienter les imprimeurs vers l'une ou l'autre des solutions alternatives. Plus particulièrement, on peut noter les points manquants :

    comparaison des besoins énergétiques pour fabriquer les différentes encres offset,
  bilan énergétique en cours d’utilisation,
  incinération des imprimés,
  comparaison des besoins énergétiques et des compositions d’encres pour différents procédés,
  compostage des imprimés.

La connaissance de ces différentes données s'avère d'autant plus impérative que certains projets de loi en cours de négociation exigeront, à terme, que les imprimeurs réduisent "la quantité et la nocivité des pollutions et nuisances liées aux étapes de la production (…), de la valorisation et de l'élimination [des imprimés]". Or, à l'heure actuelle, nul n'est en mesure d'affirmer, par exemple, que l'utilisation d'une encre végétale ou UV en remplacement d'une encre conventionnelle à base de solvant pétrolier répond à une telle exigence.

 
 
Page précédente Sommaire  Page suivante 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001