Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Économie et Communication > E-Business dans l'imprimerie > Travail collaboratif et C-commerce
          Révision : 05 Juillet 2002

E-Business dans l'Imprimerie

Jocelyne Rouis - CERIG/EFPG
(Avril 2002)

V - Travail Collaboratif et C-Commerce
V-1 Introduction     Précédent     Sommaire     Suite
Au delà de son intérêt dans le contexte des places de marché et du E-procurement (relation entre deux entreprises), le E-business élargit son champ d'action vers le partage d'informations entre plusieurs entreprises. C'est le domaine du C-commerce ou Commerce Collaboratif. Il permet d'intégrer à distance des processus de travail entre des entreprises distinctes. Ces processus peuvent être industriels ou logistiques. Les objectifs principaux de ce modèle sont  la réduction des coûts de coordination et le raccourcissement des délais d'échange de biens et de services entre les entreprises.
Quelles sont les entreprises concernées par le commerce collaboratif ? En priorité des groupements d'entreprises, voire des filières sectorielles au sein desquels les entreprises :
    présentent une forte complémentarité ;
    sont liées par des partenariats très forts, durables et stables ;
  disposent d'une informatisation interne suffisante et standardisée ;
  s'appuient sur une gestion logistique performante.
L'élément fondamental dans la mise en oeuvre de solution de C-commerce est, sans conteste, la solidité du partenariat liant les entreprises participantes.
V-2  Le Commerce Collaboratif    Sommaire
A travers des applications basées sur Internet, le C-commerce réunit les différents partenaires d'une chaîne de production pour une collaboration plus efficace en vue de la conception d'un produit, de sa fabrication et du suivi de sa logistique.
    Conception collaborative : donneurs d’ordre et fournisseurs peuvent coopérer lors de la conception d'un produit. Ils utilisent des outils de CAO communs, partagent les maquettes et données numériques au moyen de répertoires protégés où sont stockées les multiples versions du projet.
    Fabrication collaborative : à partir de spécifications émises en fin de phase de conception, la production est planifiée entre les unités de production et les sous-traitants. Toute modification des spécifications en cours de vie du produit est répercutée à l’ensemble de ce réseau de production.
  Gestion de la chaîne logistique : cette gestion passe par l’optimisation et l’ajustement des plans de production, des demandes d’approvisionnement et des capacités de production de façon à éviter toute rupture de chaîne et à absorber les fluctuations de la demande. Elle vise une diminution des stocks et un raccourcissement des délais de livraison.
Ce travail collaboratif, via Internet, vise la recherche d'une rationalisation maximale des processus interentreprises. Il nécessite une profonde intégration de ces systèmes d'information au sein de toutes les entreprises concernées et la production d'analyse en retour appropriée au pilotage du processus global.
Actuellement, seules les grandes entreprises ont les capacités financières (coût élevé d'intégration des applications de  C-Commerce) et structurelles (nécessité de réorganisation  en interne) pour déployer les techniques nécessaires à la mise en place du Commerce Collaboratif. Des projets voient le jour mais beaucoup demeurent encore au stade pilote. Une chance pour les places de marché transactionnelles qui ont su se restructurées pour devenir des places de marché collaboratives. Le point clé de ces applications reste, avant tout, l'automatisation des échanges avec les partenaires. Surtout lorsque les difficultés de communication entre des applications, en interne dans une entreprise, sont encore monnaie courante. Cette tendance est donc tout juste en train d'émerger, il reste du chemin pour la finaliser.
Toutefois, le secteur des industries graphiques n'est pas en reste, il s'est positionné très tôt autour de plusieurs projets dans lesquels les imprimeurs ont réussi à mutualiser les coûts de développement d’applications spécifiques de travail ou commerce collaboratif.
V-2-1 Impriclub
C’est le cas, par exemple, du groupement ImpriClub  réunissant 45 dirigeants de PME implantées dans 18 régions. Dans une démarche visant à affronter la concurrence des grands groupes et la pression des donneurs d'ordres, ImpriClub a monté une plate-forme de travail collaboratif en ligne. C'est un intranet qui utilise une application de la technologie Web Catalogue mise en place par la société Telliez Interactive.  Il propose divers services dont une place de marché visant à optimiser le partage des ressources entre sociétaires (liaison avec sous-traitance interne au groupement), un module de lancement d'appel d'offres, un service d'achat et des forums de discussion. Les adhérents sont admis dans l'intranet par cooptation après avoir versé une redevance annuelle de 15000 F
V-2-2 Direct Imprim
Un autre groupement, Direct Imprim, a réuni lui une dizaine d’imprimeurs situés dans toutes les régions de France. Grâce à un site Web commun, il propose aux clients la conception et l’achat en ligne de cartes de visites, lettres et enveloppes avec une livraison garantie entre 48h et 4 jours.
V-2-3 Gutenberg on-line
Gutenberg on-line, le spécialiste français de la création graphique et du prépresse vient de mettre en place une plate-forme en ligne particulièrement originale. C'est à la fois une place de marché, un outil de E-procurement et un espace de travail collaboratif pour des projets d'édition.
Baptisée Média Resource Management (MRM®), elle offre à ses clients grands comptes (Conforama, Casino, Club Med, Adidas, etc) une offre globale en matière de sourcing et d’achats, une interface personnalisable et accessible via Internet proposant de multiples services (visualisation, échanger et/ou validation des fichiers de production - images, textes, mise en page,  données audio/vidéo) visant une augmentation de la réactivité dans la production de documents. Le client est ainsi en mesure de modifier en continu son catalogue, son affiche ou son 16 pages couleurs jusqu'au dernier moment avant l'impression. Un outil de gestion éditoriale (FullPress) assure le suivi des textes, des éléments et leur modification. Les clients visionnent leurs documents depuis un navigateur sous n'importe quel format graphique (XPress, acrobat, Powerpoint, Photoshop ...) sans logiciel préinstallé. Une prouesse réalisée par l'application Web Native de Xinet, qui traduit les fichiers à la volée. Les futurs développements annoncés portent sur des applications plus complet de gestion du flux dans son ensemble. MRM® est facturé selon les options, dans le cadre d'un contrat annuel.
En plus de cette application E-procurement et aussi simple d’accès (via Internet), PRM® va permettre de renforcer la relation avec, et entre, les cellules d’Achats et Marketing des grandes entreprises. Elles disposeront d’un outil collaboratif en mode ASP (Application Service Provider) pour effectuer une caractérisation précise des projets marketing et de communication. Du bref descriptif de projet, jusqu’à la réalisation des prestations rattachées, en passant par la gestion des appels d’offres, l’ensemble des paramètres du projet se trouve englobé dans une base de données partagée. Elle est accessible par tous les intervenants ayant un rôle, soit de consultation, d’approbation ou bien d’exécution, influençant le bon déroulement des opérations.

V-3  Vers un environnement global : gestion financière, technique et de production    Sommaire
Du point de vue des imprimeurs, il apparaît clairement aujourd'hui que une bonne gestion des flux dans un imprimerie doit reposer sur des systèmes de gestion d'information plus globaux (MIS - Management Information System) incluant un flux de travail sans rupture depuis la commande via Internet, en passant par le planning, la gestion financière, l'automatisation de la production, jusqu'à la livraison. Ces systèmes impliquent obligatoirement d'échanger facilement des données entre différentes applications au sein d'une même entreprise ou entre des entreprises différentes. Le point d'achoppement de ces systèmes reste l'intégration des applications aux systèmes d'informations présents dans ces sociétés. Deux cas de figure se distinguent :
    Au sein d'une même entreprise, des solutions basées sur JDF (Job Definition Format) se dessinent aujourd'hui pour le secteur de l'imprimerie. JDF est un langage de balises encodé en XML qui tend à devenir un standard ouvert permettant l'échange d'informations dans le domaine de l'impression. Il permet le dialogue entre les applications de gestion financière, de gestion de production et de gestion des aspects techniques liés à l'imprimé (Job-Ticket). De nombreux fournisseurs d'ASP pour le E-procurement ont annoncé en 2002 travailler sur l'implémentation de JDF dans leurs applications.
    Entre différentes entreprises, les Web Services sont souvent mis en avant. C’est une technologie qui permet à des applications de dialoguer à distance via Internet, indépendamment des plates-formes et des langages sur lesquelles elles reposent. Les services Web apportent une vision d’un réseau informatique totalement intégré incluant les ordinateurs, les serveurs, les programmes, les applications et les équipements réseau ; tout cela travaillant de concert. Pour ce faire, ces Web services s’appuient sur un ensemble de protocoles standardisant les modes d’invocations mutuels des composants applicatifs. En quelques mois les services Web sont devenus le point convergent technologique de l’industrie du logiciel. Simplement, les standards nécessaires à leur fonctionnement ne sont pas encore complètement stabilisés. Il faudra donc attendre encore un peu pour voir des applications finalisées dans le secteur graphique.
 
 

Page précédente

Sommaire

  Page suivante  

 
 
    Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base    
 

Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002