Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Internet et le Web > Les impacts d'Internet sur la communication... (V-Internet pour les professions graphiques et papetières)
         Octobre 2000
Les impacts d'internet sur la communication dans les industries Graphiques et papetières
Jocelyne Rouis(CERIG/EFPG)
V - Internet pour les professions Graphiques et Papetières
V-1 Le secteur Graphique

Un secteur professionnel semble présenter une réceptivité toute particulière au média Internet, celui des Industries Graphiques. En effet, en décembre dernier, le CERIG (Centre d'Etudes et de Ressources de Industries Graphiques) cellule de veille technologique de l'EFPG, a réalisé une analyse des sites Web des entreprises de ce secteur. Cette analyse faisait apparaître, après recherche régulière de sites professionnels pour les industries graphiques, sur les principaux outils de recherche de l'Internet, 343 sites visibles pour l'ensemble de cette profession.

Plus que le nombre de sites, c'est la progression de la présence de ce secteur au cours des 4 dernières années qui est intéressante. Ainsi, comme l'indique le schéma ci-dessous de 12 sites en 1996, on est passé à 343 sites en 1999. Cette progression se poursuit en 2000 puisque en 9 mois nous avons déjà répertoriés 260 sites supplémentaires, ce qui nous amène à lister à ce jour 602 sites.

Sites Web (9188 octets)
Fig-1 : Evolution du nombre des sites Web Industries Graphiques
répertoriés par le CERIG depuis 1996

Au travers d'un site Web aux couleurs de l'entreprise, Internet permet d'accroître sa visibilité et sa clientèle. Une entreprise présente sur le Web augmente son image de marque.  Mais pour cette profession particulière, Internet va bien au delà puisqu'il représente également un outil de travail à part entière. Cet intérêt transparaît clairement dans une enquête réalisée par l'UFB Locabail sur les PMI-PME de 6 à 200 salariés datant de décembre 1999. A cette date, le secteur graphique présentait un taux d'entreprises connectées à Internet de 81 %, chiffre supérieur de 20 points à la moyenne nationale des entreprises connectées tous secteurs confondus.

L'implication spécifique de cette profession, habituée à être le principal vecteur de la diffusion de l'information, vis à vis de ce nouveau moyen de communication, n'est pas étonnante. Elle se justifie par une intégration adaptée de l'outil Internet à certaines étapes de la chaîne graphique. Différentes études réalisées auprès d'imprimeurs connectés à Internet font apparaître par ordre de priorité les principales fonctionnalités de ce nouvel outil :

 

Réception de travaux à réaliser (par le courrier électronique ou par des services FTP) ;

 

Livraison d'épreuves ;

 

Vérification et mise à jour des travaux ;

 

Contrôle des commandes ;

 

Achat de papier ;

  Communication avec des fournisseurs.

Il est à noter que ces différentes enquêtes soulignent toutes que la recherche d'informations n'est pas considérée comme un élément essentiel pour le fonctionnement des entreprises de ce secteur. Ainsi, l'usage professionnel d'Internet, dans les industries graphiques, vise en premier lieu à privilégier l'automatisation croissante des fonctions conduisant les entreprises vers plus d'efficacité. Cela impliquera, probablement, une nouvelle approche pour de nombreux métiers dans ces entreprises.

L'autre impact d'Internet sur ce secteur professionnel, concerne l'apparition depuis le début de l'année, de nombreuses sociétés appelées sociétés de "e-business" ou places d'affaires sur Internet. Il s'agit de plate-formes d'échanges sur le Web qui se chargent de mettre en relation les imprimeurs avec leurs clients en vue d'une collaboration efficace pour la réalisation des travaux d'impression. Bien qu'elles présentent chacune des fonctionnalités différentes, elles se positionnent toutes en intermédiaire dans les relations commerciales. Et cette activité attire de nombreux adeptes car à la fin de l'été plus de 80 sociétés de "e-business" proposaient leurs services sur Internet aux industries graphiques. Deux grandes catégories de sites se distinguent aujourd'hui : les places d'affaires de type RFQ (Request for Quotation) qui s'occupent uniquement de générer des demandes de prix, et les sociétés plus sophistiquées qui proposent, au delà du prix, un suivi des commandes passées en ligne. Un article du CERIG datant d'Octobre 2000 présentent les principales sociétés : Impresse, Collabria, Noosh et PrintCafe.

Une question mérite alors d'être poser : Quel est réellement l'avenir de ces sociétés de "e-business" dans ce secteur d'activités ? Compte tenu de leur nombre actuel, il est clair que toutes ne survivront pas. Probablement seuls les sites qui proposent une réelle valeur ajoutée, par exemple des outils d'aide à la vente pour accompagner les clients seront encore présents dans le futur. En attendant, si ce nouveau marché d'échanges est réellement apprécié par les professionnels, il risque fort de mettre à l'écart tous les imprimeurs qui auraient fait le choix de ne pas regarder dans la direction d'Internet.

V-1 Le secteur Papetier

Du coté du secteur papetier, les sites Web ne sont en restent. Depuis quelques années déjà, la plupart des grands acteurs papetiers ont développé des sites "vitrine" pour leur entreprise.

Aujourd'hui, les nouvelles pratiques dans les échanges avec les clients via Internet et le e-commerce arrivent également dans le monde de la vente du papier. L'année 2000 a ainsi vu se mettre en place de nombreuses plate-formes de commerce électronique au coeur monde de l'industrie des pâtes et papiers. Ces plate-formes ont pour rôle de faciliter, d'améliorer et d'accélérer les transactions entre entreprises et de réduire leurs coûts (entre 25 et 30 % de réduction affichée). Elles offrent, par ce biais, un nouveau canal de distribution pour les papiers qui est promis à un bel avenir. En effet, si ce créneau représente aujourd'hui une faible part de marché dans les ventes de papiers, les prévisions tablent sur un basculement de 50 % de ces ventes par ce nouveau canal d'ici à 5 ans. Les grands acteurs actuels de ces plate-formes sont entre auutres : PaperExchange, Fobpaper, Paperloop, Paperlink et PaperX pour l'europe. Ces sites, souvent structurés sur la base de forums d'échanges ouverts aux acheteurs et aux vendeurs, proposent, à coté de l'actvité commerciale, diverses informations accessoires pour leurs visiteurs.

 
Page précédente Sommaire Page suivante
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001