Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
dossier cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > La technique > Procédés > Imprimerie : la révolution numérique > Oeuvres d'art : la reproduction à la carte   Révision : 05 juillet 2005
 
Visitez le site Web de l'EFPG ! Imprimerie : la révolution numérique Pas de page précédente
Page
précédente
Page suivante
Page
suivante
Alain Minodier, Patrice Giraud, Olivier Hoch (ESISAR)
(06 juin 2005)

VII - Oeuvres d'art : la reproduction à la carte

Si l'impression numérique permet de surmonter bien des paradoxes de la reproduction d'œuvres d'art, elle n'est pas sans risques, notamment en ce qui concerne la protection des œuvres. Une protection qui passe par de nouveaux défis techniques.

 

I - Une impression aux paradoxes multiples

L’impression d’œuvres d’art est caractérisée par plusieurs paradoxes :

 

II - Surmonter ces paradoxes

Les technologies numériques permettent de surmonter ces paradoxes - en imprimant à la demande - car :

 

III - Défis techniques et risques de diffusion «sauvage»

Ces développements présentent des challenges techniques complémentaires, des enjeux économiques et des risques nouveaux.

1 - Les défis techniques complémentaires

Les images numériques de qualité sont lourdes : entre 50 mega et 3 à 5 giga ! Leur transport, via les réseaux, nécessite l’usage de logiciels de compression très performants, sans détruire la qualité.

La numérisation multi-spectrale analyse l’ensemble des couleurs (espace lab) et permet un niveau de restitution exceptionnel sans impliquer une interprétation humaine, sous réserve de caractériser encres, supports et imprimantes afin de garantir la possibilité de répétition des processus d’impression.

2 - Les risques de diffusion «sauvage»

Au-delà des problèmes techniques, la profusion d’images numériques multiplie aussi les risques de copies non autorisées et la diffusion «sauvage» de contenus patrimoniaux coûteux à numériser et documenter. Il est donc indispensable d’implémenter un marquage «profond» pour des raisons de sécurité, et invisible pour garantir la qualité. Ce marquage doit survivre aux manipulations de fichiers et aux numérisations successives.

IV - Le projet Global Art On Demand

L’ESISAR associé au projet Global Art On Demand, participe à l’intégration de l’ensemble des fonctions nécessaires à la nouvelle chaîne de valeur d’impression numérique, qui couvrent précisément chaque étape du processus :

N.B. Le projet Art On Demand a été présenté lors de la Conférence ICHIM Paris 03 «Les institutions culturelles et le numérique», École du Louvre, 8-12 septembre 2003.

     
Pas de page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Retour au sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2005
   
 

Mise en page : A. Pandolfi