Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
logo CERIG NOTE TECHNIQUE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil >Technique > Internet et le web > Analyse du trafic d'un site web (2)           Révision : 30 août 2000
Note précédente Liste des notes     Analyse du trafic d'un site web (2)     Page technique Note suivante
 
Jean-Claude Sohm et Jocelyne Rouis (CERIG / EFPG)
(03 février 2000)
 
Vers le DÉBUT de cette note technique...

Le système d'exploitation (suite)

Si le fichier log n'indique que très rarement la version de MacOS utilisée, il fait la différence entre les diverses versions de Windows. Les résultats correspondants figurent dans les tableaux V et VI ci-dessous.

V - LES VERSION de WINDOWS (1)
Version Semaines de l'année 2000 Moyenne
S. 1 S. 2 S. 3 S. 4 S. 5 S. 6
Windows NT Workstation 653 614 851 917 864 900 800
23,0 % 19,0 % 18,8 % 12,1 % 18,7 % 25,6 % 20,4 %
Autre version de Windows
  (95, 98 ou antérieure)
2.180 2.617 3.671 3.854 3.756 2.622 3.117
77,0 % 81,0 % 81,2 % 87,9 % 81,3 % 74,4 % 79,6 %
Total des accès Windows 2.833 3.231 4.522 4.771 4.620 3.522 3.917

Comme on peut le constater dans le tableau IV ci-dessus, le système d'exploitation Windows NT Workstation est implanté sur 20 % des postes de travail professionnels, et cette valeur nous parait tout à fait raisonnable. On sait par exemple que les grands constructeurs de micro-ordinateurs portables livrent leurs machines (qui sont principalement acquises par des professionnels) équipées de Windows NT Workstation dans la proportion de 15 à 20 %. Un pourcentage voisin (23 %) peut être calculé à partir de ce que l'on sait du nombre d'utilisateurs de Windows 95/98 (182 millions, dont un tiers environ de particuliers) et de licenciés de Windows NT Workstation (28 millions) aux États-Unis. Nous pensons que le chiffre cité par StatMarket (6,3 %) est trois fois plus faible que le nôtre, parce qu'il tient compte à la fois des interrogations des professionnels et de celles des particuliers. On notera avec intérêt que la proportion d'internautes équipés de Windows NT qui figure dans le tableau IV ci-dessus ne correspond absolument pas au schéma simpliste "Windows 95 ou 98 pour les particuliers, Windows NT Workstation pour les professionnels", schéma dont font toujours état  certaines revues d'informatique. Les idées fausses ont la vie dure !

Pour une entreprise, le choix entre Windows 98 et Windows NT Workstation pour un poste de travail fait intervenir de multiples facteurs. Certes, NT est un peu plus stable et plus sûr, parce qu'il fonctionne avec un noyau protégé. De plus, il permet de laisser ou non à l'utilisateur l'administration locale de sa machine, et -- dans la négative -- de régler ses droits dans les moindres détails. Mais il présente des lacunes (l'USB par exemple) ; il ne permet pas l'usage de tous les logiciels (exemple : le personnal web server de Microsoft) ni de tous les CD-ROM ; il est plus coûteux (pour les entreprises, mais pas pour les établissements d'enseignement) ; enfin il convient mal à certaines applications (exemple : le multimédia). Pour finir, NT est une arme dans les mains du responsable qui veut centraliser le système informatique de l'entreprise (ou de l'établissement universitaire) pour se tailler un empire, phénomène qui a été baptisé "re-empowering" outr Atlantique, mais qui sévit aussi de ce côté de l'océan.

VI - VERSION de WINDOWS (2)
Version Semaines de l'année 2000 Moyenne
S. 1 S. 2 S. 3 S. 4 S. 5 S. 6
Windows 98 1.063 1.366 2.156 2.556 2.549 1.704 1.899
48,8 % 52.2 % 58,7 % 66,3 % 67,9 % 65,0 % 60,9 %
Windows 95 1.117 1.241 1.507 1.298 1.204 917 1.214
51,2 % 47.4 % 41,1% 33,7 % 32,0 % 35,0 % 39,0 %
Windows 3.x ou version antérieure 0 10 8 0 3 1 4
0,0 % 0,4 % 0,2 % 0,0 % 0,1%  0,0 % 0,1 %
Total des accès Windows hors NT 2.180 2.617 3.671 3.854 3.756 2.622 3.117

Le tableau VI ci-dessus montre que les internautes qui utilisent un PC sont mieux équipés qu'on ne le dit communément : comme dans les statistiques de StatMarket, Windows 98 domine largement , et les versions antérieures à Windows 95 sont évanescentes.

La prépondérance de la dernière version de Windows prouve que beaucoup d'internautes utilisent un poste de travail acquis récemment. On sait également que beaucoup d'entreprises ont effectué leur mise à jour de Windows 95 vers Windows 98 au cours de l'année 1999. Certes, la presse informatique avait déclaré que cette dernière opération était sans intérêt, et que peu d'utilisateurs l'effectueraient, mais les journalistes n'en sont plus à une sottise près. L'expérience montre que Windows 98 est plus stable, plus rapide, plus facile à installer que Windows 95, et qu'il présente d'autres avantages (support correct de l'USB, par exemple). De plus, la mise à jour depuis Windows 95 n'est pas onéreuse.

SE clients CERIG (4,8 Ko)

La figure 3 ci-contre semble montrer que l'usage de Windows 95 va en diminuant, au profit de Windows 98, ce qui est tout à fait normal. Cependant, la période de temps considérée est trop courte pour que l'on puisse tirer des conclusions sûres concernant l'évolution de Windows NT.

La disparition quasi complète des versions antérieures de Windows signifie que l'on peut désormais utiliser des noms de fichier qui ne respectent pas le format "8.3" de l'ancien MS-DOS, sans pour autant créer des difficultés à l'internaute équipé d'un PC.

Le navigateur

Les données statistiques relatives à l'utilisation des navigateurs sont rassemblées dans le tableau VII ci-dessous.

VII - NAVIGATEUR
Navigateur : Semaines de l'année 2000 :
S. 1 S. 2 S. 3 S. 4 S. 5 S. 6 Moyenne
Internet Explorer 2.047 2.596 4.184 4.080 3.878 2.929 3.286
59,6 % 62,8 % 70,9 % 65,2 % 73,1 % 72,5 % 68,6 %
Netscape Communicator 1.360 1.488 1.652 1.777 1.322 1.012 1.435
39,6 % 36,0 % 28,0 % 29,9 % 24,9 % 25,1 % 29,9 %
Navigateur AOL 25 42 56 71 106 99 66
0,7 % 1,0 % 1,0 % 1,2 % 2,0 % 2,4 % 1,4 %
Autre (Hot Java,
Lotus Notes, Lynx)
3 6 6 19 0 0 6
0,1% 0,2 % 0,1 % 0,3 % 0,0 % 0,0 % 0,1 %
Total des accès : 3.435 4.132 5.898 5.947 5.306 4.040 4.793

Ces chiffres suscitent les remarques suivantes :

    Internet Explorer de Microsoft apparaît deux fois plus utilisé que le navigateur de Netscape ;
  comme nous l'avons déjà souligné plus haut, le public du Cerig est essentiellement professionnel, alors que les utilisateurs d'AOL sont généralement des particuliers. Le très faible score d'AOL dans le tableau VI est donc normal. On notera que les clients d'AOL peuvent demander à se servir d'un navigateur standard, mais très peu d'entre eux connaissent cette possibilité et l'utilisent. En pratique, plus de 90 % des internautes qui se connectent au CERIG via AOL utilisent le navigateur spécifique de leur fournisseur d'accès ;
  l'usage des navigateurs autres que ceux de Microsoft et Netscape (Lotus Notes, Hot Java, Lynx, Opera, etc.) est insignifiant. La presse informatique fait grand cas du produit nommé "Opera", mais on ne le rencontre pas chez les professionnels francophones... ni dans les statistiques mondiales sur l'usage des navigateurs. On ne voit pas pourquoi les internautes achèteraient un navigateur inconnu, alors qu'ils peuvent se procurer gratuitement un produit ayant fait ses preuves.

Navigateurs (4,2 Ko)
Ainsi, après la "OS war",  Microsoft a également gagné la "browser war". Les chiffres de StatMarket, cités par IDG, sont encore plus élevés que les nôtres : en août 1999, trois utilisateurs sur quatre utilisaient Internet Explorer. Ils étaient deux sur trois au mois de mars 1999, et l'annonce de ce résultat avait fait l'effet d'une petite bombe. Jusque-là, tout le monde se fiait aux chiffres publiés par le GVU, qui révélaient que Netscape possédait encore les 2/3 du marché des navigateurs, et que cette situation s'appliquait aussi à l'Europe. Il faut dire que le GVU a pris un sérieux retard dans ses analyses, car les derniers chiffres publiés datent du mois d'octobre 1998. A cette date, les analyses de tendance semblaient montrer que les parts respectives des deux navigateurs tendaient à s'équilibrer, et que les internautes les installeraient tous les deux sur leurs machines. Pourquoi les choses se sont-elles passées autrement ?

Deux raisons principales peuvent être invoquées. D'abord, Internet Explorer est systématiquement livré avec Windows, et la paresse fait qu'on s'en contente. Ensuite, Netscape ne semble plus faire d'efforts pour moderniser son navigateur : la version 5, annoncée pour décembre 1999, en est toujours au stade alpha, et nul ne sait quand elle sera publiée... Depuis que ces lignes ont été écrites, AOL a annoncé que la version 5 ne verrait jamais le jour, et que la version 6 serait publiée avant la fin de l'annéé 2000. Cette version 6, dont le moteur (rendering engine) est neuf, est actuellement disponible en français, en version d'évaluation.

La figure 4 ci-contre semble révéler que le navigateur de Netscape continue de perdre du terrain, et que celui d'AOL en gagne un peu. Là encore, nous serons prudents dans nos conclusions, la période de temps considérée étant trop courte pour nous mettre à l'abri des fortes fluctuations d'Internet.

Le fichier log du serveur du CERIG enregistre le numéro de version du navigateur utilisé, ce qui fournit les données statistiques suivantes (tableaux VIII et IX).

VIII - INTERNET EXPLORER
Version : Semaines de l'année 2000 :
S. 1 S. 2 S. 3 S. 4 S. 5 S. 6 Moyenne
V. 3 (3.0, 3.01 et 3.02) : 88 182 16 156 73 44 93
2,6 % 4,4 % 0,3 % 2,3 % 1,9 % 1,5 % 2,2 %
V. 4 (4.0, 4.01 et 4.5) : 2.424 2.821 2.756 5.144 1.471 1.599 2.702
70,4 % 67,6 % 57,5 % 74,8 % 37,9 % 54,6 % 62,1 %
V. 5 (5.0 et 5.01) : 931 1.171 2.020 1.576 2.334 1.286 1.553
27,0 % 28,0 % 42,2 % 22,9 % 60,2 % 43,9 % 35,7 %
Total des accès via IE : 3.443 4.174 4.792 6.876 3.878 2.929 4.348

versions de IE (4,1 Ko)
Le tableau VIII ci-dessus montre que les internautes adeptes d'Internet Explorer utilisent majoritairement l'avant dernière version de ce produit. La première "release" 4.0 ne se rencontre pratiquement pas, ce qui s'explique par le fait qu'elle était boguée. La release 4.01 est la plus répandue.

Le fait a été maintes fois souligné : les internautes ne sont pas très pressés de télécharger la toute dernière version du navigateur de leur choix, bien que l'opération soit gratuite, facile à effectuer, et réversible.

La figure 5 ci-contre semble montrer, malgré de fortes fluctuations, que la version 4 cède peu à peu le pas devant la version 5.

IX - NS COMMUNICATOR
Version : Semaines de l'année 2000 :
S. 1 S. 2 S. 3 S. 4 S. 5 S. 6 Moyenne
v. 2 (2.0 et 2.02) : 17 0 0 48 0 0 11
1,2 % 0,0 % 0,0 % 2,7 % 0,0 % 0,0 % 0,8 %
v. 3 (3.0, 3.01 et 3.03) 126 131 75 85 130 104 108
9,3 % 8,8 % 4,5 % 4,8 % 9,8 % 10,3 % 7,5 %
v. 4.0 (4.01, 4.02, 4.03,
4.04, 4.05, 4.06 et 4.07)
548 466 312 433 171 259 365
40,3 % 31,3 % 18,9 % 24,4 % 12,9 % 25,6 % 25,4 %
v. 4.5 (4.5et 4.51) 374 583 737 603 445 306 508
27,5 % 39,2 % 44,6 % 33,9 % 33,7 % 30,2 % 35,4 %
v. 4.6 (4.6 et 4.61) 202 213 251 384 355 169 262
14,9 % 14,3 % 15,2 % 21,6 % 26,9 % 16,7 % 18,3 %
v. 4.7 93 95 277 224 221 174 181
6,8 % 6,4 % 16,8 % 12,6 % 16,7 % 17,2 % 12,6 %
Total des accès via NS 1.360 1.488 1.652 1.777 1.322 1.012 1.435

versions NS (5,2 Ko)
L'éditeur Netscape n'a toujours pas publié la version 5 de son navigateur : ce sont donc les diverses versions 4 (et plus particulièrement la version 4.5) qui sont majoritairement utilisées par les internautes, comme le montre le tableau IX ci-dessus. Les versions 3 ont encore des adeptes, et les versions 2 n'ont pas totalement disparu... La conclusion est claire et bien connue : les webmestres soucieux de la fréquentation de leur site ne doivent pas faire l'hypothèse que leurs visiteurs sont équipés de la toute dernière version des navigateurs du marché (ni du dernier plug-in à la mode). Les internautes sont relativement conservateurs quant à leur navigateur, même s'ils apparaissent correctement équipés quant à leur système informatique.

 

L'effet de la plate-forme sur l'usage du navigateur

Le tableau X ci-dessous montre que le navigateur de Microsoft prédomine sur les deux plates-formes, mais plus fortement sur celle qui utilise Windows, et ce pour une raison bien connue. En effet, les utilisateurs du Mac se sont longtemps plaints du fait que le navigateur de Microsoft ne respectait pas l'esprit de leur plate-forme. Il a fallu bien du temps pour que l'éditeur de Redmond finisse par les entendre : la version 5 d'Internet Explorer pour Mac a été réalisée par une équipe détachée dans la Silicon Valley pour se rapprocher d'Apple, et priée de s'imprégner à fond des us et coutumes des macmaniaques. Auparavant, les utilisateurs de la plate-forme Apple préféraient nettement se servir du navigateur de Netscape.

X - PLATE-FORME et
NAVIGATEUR
Semaines de l'année 2000 :
S. 1 S. 2 S. 3 S. 4 S. 5 S. 6 Moyenne
W
i
n
d
o
w
s
Internet Explorer 1.797 2.020 3.221 3.509 3.625 2.713 2.814
63,4 % 62,5 % 71,2 % 73,5 % 78,5 % 77,0 % 71,9 %
Netscape Communicator 1.011 1.169 1.269 1.191 947 710 1.049
35,7 % 36,2 % 28,1 % 25,0 % 20,5 % 20,2 % 26,8 %
Autre 25 42 32 71 48 99 53
0,9 % 1,3 % 0,7 % 1,5 % 1,0 % 2,8 % 1,3 %
Total des accès Windows 2.833 3.231 4.522 4.771 4.620 3.522 3.916
M
a
c
i
n
t
o
s
h
Internet Explorer 250 576 963 571 253 216 471
41,9 % 64,5 % 70,5 % 49,7 % 39,5 % 42,4 % 54,9 %
Netscape Communicator 346 317 377 576 330 294 373
58,1 % 35,5 % 27,6 % 50,2 % 51,5 % 57,6 % 43,5 %
Autre 0 0 25 1 58 0 14
0,0 % 0,0 % 1,8 % 0,1 % 9,0 % 0,0 % 1,6 %
Total des accès Macintosh 596 893 1.365 1.148 641 510 858
Systèmes d'exploitation divers 6 8 11 28 45 8 18
Total équipement identifié 3.435 4.132 5.898 5.947 5.306 4.040 4.792

La figure 7 ci-dessous montre que c'est la combinaison de Windows et d'Internet Explorer qui est la plus utilisée (58,7 %), suivie de Windows et du navigateur de Netscape (21,9 %).

SE et navigateur (3,65 Ko)

 

Conclusion

Cette étude a mis en lumière les points suivants relatifs aux internautes qui visitent le CERIG :

    leur nombre croit actuellement très rapidement ;
  ils sont mus essentiellement par des motifs professionnels ;
  ils utilisent à 85 % la plate-forme Windows, à 15 % la plate-forme Mac, et de manière négligeable les autres plates-formes. Sur la plate-forme Windows, 14  % d'entre eux utilisent NT Workstation;
  ils sont équipés d'un système informatique à jour ;
  ils utilisent à 75 % le navigateur de Microsoft, à 25 % celui de Netscape, et de manière négligeable les autres produits. La dominance d'Internet Explorer est plus marquée sur la plate-forme Windows (80/20) que sur la plate-forme Mac (60/40) ;
  ils ne sont pas très pressés de télécharger la dernière version du navigateur de leur choix.

L'examen des tableaux II à IX révèle des fluctuations notables d'une semaine à l'autre. C'est pourquoi le CERIG va continuer à analyser son trafic chaque semaine, de manière à s'assurer que les conclusions ci-dessus se confirment dans le temps. Rendez-vous, donc, dans un ou deux trimestres, pour une nouvelle analyse.

Vers le DÉBUT de cette note technique...
Note précédente Liste des notes Page technique  Note suivante 
 
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002
Mise en page : J.C. Sohm